Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE L'ALCOOL DUR ET DU GENIE : DAN FANTE

DE L'ALCOOL DUR ET DU GENIE : DAN FANTE

Dan Fante, auteur atypique américain, plonge le lecteur dans sa vie dissolue.

Il dilate au vitriol sa vie de déchéance. Loin de se lamenter sur sa vie misérable, qu'il assume avec amertume, Dan Fante revient sur ses années de galère où l'alcool devient son seul compagnon d'infortune.

L'auteur s'attaque pour la première à l'absence de son père et au suicide de son frère. Dan Fante évoque ses liaisons amoureuses vouées à l'échec, ses mariages ratés. Il revient sur son véritable cheminement, son accouchement littéraire. Il raconte, sous forme de poèmes, ses errances, ses démons et sa chance d'avoir rencontré la littérature (seul élément salvateur de sa vie de débauches).

 

Sa littérature est un coup de poing dans le ventre. Les tripes sont éventrées comme un retour de beuverie où l' alcool laisse un gout amer. La gueule de bois n'est qu'un faible remède aux souffrances qui le rongent. Un père tyrannique, un frère violent qui ne désire que sa mort, Dan sonde son passé trouble à travers l'alcool et la drogue.

Ses rencontres de biture le confortent dans cette vie sordide. Seule, l'écriture pourra lui permettre de suivre le bon chemin et permettre sa reconstruction précaire, car un alcoolique, tel que Dan, reste un homme en colère qui lutte.

Dan Fante écrit avec son sang et ne s'entoure pas de fioriture. Le verbe est direct. Les sonorités incisives et blessantes. Cet auteur n'a pas besoin de se cacher, il se livre sans pudeur, parfois avec agressivité. Cependant, derrière cette agressivité, se cache une rage de vivre.

Il ne savait pas que moi aussi je sais - le désespoir
et la folie
ce que le vide et la solitude et la rage peuvent te faire quand tu n'as rien d'autre que ta misère en poche et pour maison une Pontiac 78 déglinguée plantée dans une impasse de West L.A. et cette voix dans ta tête qui te mine et te tue un peu plus chaque jour et tu te réveilles et tu rebois de ce pinard à goût de pisse pour chasser la folie qui guette et Dieu devient ce type qui sort du 7-Eleven et te refile sa monnaie pour ta putain de bouteille et la peur est encore ce que tu ressens de plus cool et l'amour est mort et le temps est mort et même tes yeux sentent la mort et les voix hurlantes des gens que tu hais te ballonnent les tripes et le seul remède tient dans le petit miracle de vider le verre de plus...

Putain de lui!
je l'écoutais pas
jusqu'à ce que mon cerveau me brûle les cheveux et me dévore
tout vif
que marcher et parler et enfiler mes chaussures et tenter d'écrire et
respirer
tout ça
me tue
et fasse si mal
qu'il n'était pas question de passer cinq minutes de plus dans ma peau

C'est alors que j'ai compris une vérité immuable
les femmes passent
mais une bonne bagnole d'occase
est un trésor

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :