Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen : Arto Paasilinna

Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen : Arto Paasilinna

  Y a quelqu'un qui m'a dit de lire : "Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen" d'Arto Paasilinna

  Qui n'a jamais songé à cet ange gardien qui le protège contre les malheurs du monde? Aaron n'a jamais espéré recevoir l'aide d'un ange. Celui-ci lui a été attribué d'office.

Ariel Auvinen, après une formation au paradis, dans la petite église de Kerimäki en Finlande, est affecté au bonheur d'Aaron, un homme sans problème. La protection de cet humain s'avère chaotique et risquée car Ariel a un don très particulier pour accumuler les gaffes.

Malgré de multiples recommandations, les interventions se soldent par des échecs. Le protégé frôle la mort plusieurs fois et devient un adepte des commotions cérébrales.

 

   Arto Paasilinna renoue avec le burlesque de situation. Un sourire se dessine à la lecture du corbillard planté dans le champ entouré de toute une bibliothèque. Quoi de plus jouissif pour un ange de pouvoir, par le biais des pensées, appuyer sur le champignon d'un corbillard? Un corbillard roulant à plus de 200 miles, est-ce bien raisonnable?

Des morts, qui se font voler par des Russes, un bateau qui s'échoue sur les côtes allemandes sont des situations comiques exploitées avec brio par cet auteur finlandais.

La description de l'ange prête à sourire dès ses premières apparitions. Ses ailes sont trop encombrantes, ce qui l'oblige à voyager dans le ciel.

 

  La lecture est légère et permet de passer des heures agréables en compagnie de personnages haut en couleur. La structure narrative n'accorde pas de place aux surprises. La fin est prévisible mais cela n’ôte pas le plaisir de la lecture.

Si vous avez envie d'une détente, ce livre est un moment de bonheur.

Dans l'effervescence du moment, tout à sa volonté de bien faire, Ariel Auvinen ne vit pas à temps la ligne à haute tension qui enjambait le lac à cet endroit. Ailes grandes ouvertes, il vola droit dessus et s'y emmêla. Des étincelles jaillirent des câbles électriques, de la fumée s'échappa de ses plumes, le courant fut coupé dans la ville d'Imatra. La rupture de la ligne à haute tension arrêta même les plus proches usines papetières, mais des centrales d'appoint prirent heureusement le relais pour alimenter les installations industrielles, les hôpitaux et les autres services essentiels.

Ariel Auvinen était assis au chevet d'Aaro à l'hôpital de Maria. Le patient avait repris connaissance et dormait maintenant paisiblement. Heureusement, il n'avait pas trop souffert. S'il s'était fait écraser par un camion, rue Mechelin, il serait sûrement mort, songea l'ange gardien, soulagé d'avoir pu agir vite et couper la circulation. Dommage seulement qu'il ait négligé de stopper le scooter qui l'avait ensuite percuté.

Oui... les choses ne se sont pas passées exactement comme je l'avais espéré.
- Je suis désolé, mais j'ai fait de mon mieux.
- C'est bien le problème...personne n'est parfait, marmonna l'ange Gabriel. Mais venons-en au fait. Tu accumules quand même assez magistralement les gaffes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aniouchka 17/03/2016 15:02

J'avais adoré La douce empoisonneuse quand j'étais ado, et j'ai lu ensuite Le lièvre de Vatanen et Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi, mais je trouve que c'est un peu toujours la même chose à la longue...

toujoursalapage 18/03/2016 16:49

Les titres sont attractifs. Je me laisserai bien distraire par "la douce empoisonneuse" Merci pour ton ressenti

marion 16/03/2016 11:03

J'ai également lu (et chroniqué) ce roman il y a quelques temps. Amatrice du style de Paasilinna depuis pas mal de temps, je dois avouer que celui ci m'a un peu laissé sur ma faim.

toujoursalapage 16/03/2016 16:33

De mon côté, c'est la première fois que je lis cet auteur. J'avais eu des échos que ce n'était pas son meilleur roman. Lequel me conseillerais-tu?