Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les quatre saisons de l'été : Grégoire Delacourt

Les quatre saisons de l'été : Grégoire Delacourt

Un roman, non un hymne à l'amour !

Sur toutes les vagues, les mélodies, Grégoire Delacourt décrit les différents modes de l'amour entre un homme et une femme. L'amour se conjugue-t-il toujours avec passion? Peut-on mourir d'amour? Rencontre-t-on l'amour une seule fois dans une vie? Un amour, pour être éternel, doit-il obligatoirement naître d'une passion?

À travers le dialogue des fleurs, Louis, quinze ans, dévoile son amour à Victoire, treize ans, qui le rejette. Amour fragile sur les plages du Touquet. Monique se transforme en Louise pour succomber au charme dévastateur de Robert, mais qui sont-ils ses amoureux mariés qui se donnent une seconde chance? Monsieur Rose, très âgé, retrouvé échoué sur la plage de son premier amour (cet éternel amour tant convoité) cherchait-il à rejoindre l'être aimé durant une guerre trop dure.

 

Dans le parcours mouvementé de ses vies disparates, un leitmotiv concentre toutes les pensées : l'Amour avec un grand A. Pas celui de l'éphémère celui qui dure toujours. Celui que l'on retrouve hébété dans le regard de deux grands-parents. Celui d'une femme qui veut toujours voir dans les yeux de son mari, même quarante ans après, qu'elle est l'unique femme de sa vie. Celui porté par une femme en deuil qui élève seule son fils sur les plages du Touquet.

Les histoires sont bouleversantes parfois attachantes car dans l'inconscient collectif, une femme et un homme recherchent l'amour idéal, sa fleur (sa pimprenelle).

Les histoires d'amour n'attendent pas le nombre des années. Grégoire Delacourt croise, imbrique chaque histoire dans une autre car chaque individu perçoit son idéal. Chaque jour, l'individu croise, rencontre sans prêter attention des histoires car chaque personne porte en elle son histoire d'amour. L'être est multiple et ses histoires d'amour platoniques, euphorisantes, passionnées parfois banales reflètent sa propre identité.

 

Un livre que je recommande car dans la vie, l'amour est toujours à porter de mains.

 

- Je ne sais pas si je suis amoureuse de toi, Louis, même si je suis bien avec toi. L'amour, c'est quand on peut mourir pour quelqu'un. Quand on a les mains qui piquent, les yeux qui brûlent, quand on n'a plus faim. Et j'ai pas les mains qui piquent avec toi.
Son enfance m'assassinait.

Un phlox blanc : voici ma déclaration d'amour. Un fusain : ton image est gravé dans mon coeur. Une pimprenelle : tu est mon unique amour. Une rose sauvage : je te suivrai partout. Une tulipe diarrhée : tes yeux sont magnifiques. Un iris mauve : tes yeux m'affolent. Un chrysanthème rouge : je t'aime. Un camélia : je t'aimerai toujours. Une rose rose : tu es si belle.
Et enfin, douze roses rouges : veux-tu m'épouser?

Plusieurs fois dans la nuit, ma main a cherché le corps de l'autre et a trouvé l'absence. L'abîme. Qui est-il le dernier, celui avec lequel on sait qu'on finira sa vie, sans jamais céder à la tendresse - cette petite bagatelle confortable et presque insultante, qui succède à la passion? Qui est-il, celui-là, qui continuera d'enflammer nos corps meurtris, nos corps de mères, nos souvenirs de femmes ?

Rendez-vous sur Hellocoton !