Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Calendar de l'avent : 18 décembre/18ème présent

Calendar de l'avent : 18 décembre/18ème présent

Pénétrez dans un tableau de Monet, c'est comme se faire déposséder de son âme. L'esprit perd tout sens moral. Bienvenue dans "Nymphéas noirs" de Michel Bussi !

 Michel Bussi témoigne de son attachement à l'oeuvre de Monet et à sa folie dévastatrice et porteuse d'un renouveau pictural. Le décor se plante dans le petit village de Giverny, où Monet passait ses journées à peindre des nymphéas. Monet est mort depuis quelques années mais son génie attire une foule d'artiste en mal de reconnaissance. Ils se mêlent aux habitants qui eux ne sont plus que de pâles figures sortant d'une huile.

 Ce charmant tableau se brouille par la découverte du corps sans vie d'un notable, le crâne enfoncé, noyé dans la rivière, aux pieds de la tour à la sorcière. L'intrigue se noue, les personnages se dévoilent tout en gardant un voile de mystère. Quel lien unit ses trois femmes : une vieille insignifiante que le temps à oublier, l'institutrice tentatrice qui veut fuir et cette enfant incroyablement douée pour la peinture ?

 Le passé ne permet jamais l'oubli, le présent singe le passé et le futur tente une fuite en avant. Cette intrigue sur fond de romance picturale et littéraire assiège le lecteur dans son désir de percer le mystère. Les nymphéas noirs, sont-ils une hallucination ou ont-ils réellement été peints par ce peintre de génie?

D'Aragon à Monet, vous serez captivé, envoûté par ce mouvement romantique. Restez toujours vigilant car il serait regrettable de rester emmuré dans un monde que l'on n'aurait pas choisi.

Très belle lecture à glisser sous les épines du sapin ou près d'un nénuphar!

Calendar de l'avent : 18 décembre/18ème présent

Je vous vois venir, cela vous paraît peut-être étrange, deux enterrements dans le même cimetière, seulement séparés de quelques dizaines de mètres, sous la même pluie battante. La coïncidence vous apparaît peut-être dérangeante ? Exagérée ? Soyez alors certains d'une chose, d'une seule : il n'existe aucune coïncidence dans toute cette série d'évènements. Rien n'est laissé au hasard dans cette affaire, bien au contraire. Chaque élément est à sa place, exactement au juste moment. Chaque pièce de cet engrenage criminel a été savamment disposée et croyez-moi, je peux vous le jurer sur la tombe de mon mari, rien ne pourra l'arrêter.

-Regardez ce parc, inspecteur, les roses, les serres, le bassin. Je vais vous révéler un autre secret. Giverny est un piège ! Un merveilleux décor, c'est certain. Qui pourrait rêver de vivre ailleurs ? Un si joli village. Mais je vais vous avouer :le décor est figé. Pétrifié. Interdiction de décorer autrement la moindre maison, de repeindre un mur, de cueillir la moindre fleur. Dix lois l'interdisent. Nous vivons dans un tableau, ici. Nous sommes emmurés! On croit qu'on est au centre du monde, qu'on vaut le déplacement, comme on dit. Mais c'est le paysage, le décor, qui finit par vous dégouliner dessus. Une sorte de vernis qui vous colle au décor. Un vernis quotidien de résignation. De renoncement...Louise, la chercheuse de pissenlits de Giverny, devenue princesses de Bohême, c'est une légende, Laurenç. ça n'arrive pas. ça n'arrive plus....

Stéphanie vide son verre de vin et sourit pour elle-même: Jacques continue de parler de cette maison sur les bords de l'Eure, des brocanteurs de la vallée qu'il faudrait aller visiter pour la meubler....Stéphanie écoute distraitement. Pourquoi fuir...La réponse à ses questions est si banale. Vieille comme le monde. La maladie des jeunes filles qui se rêvent autrement : cette soif d'amour de la Bérénice d'Aragon. L'ennui insupportable de la femme qui n'a pourtant rien à reprocher à l'homme à côté duquel elle vit...Aucune excuse, aucun alibi. Juste l'ennui, cette certitude que la vie est ailleurs. Qu'une complicité parfaite existe autre part. Que oui, ces lubies ne sont pas des détails mais l'essentiel...Que rien d'autre ne compte que de pouvoir partager le même émoi devant un tableau de Monet, ou des vers d'Aragon.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :