Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le retour de Jules : Didier van Cauwelaert

Le retour de Jules : Didier van Cauwelaert

   Fred et Alice n'ont pas réussi leur vie de couple cependant ils doivent s'allier pour sauver Jules, leur chien. Jules, guide d'aveugle, avait trouvé sa place auprès d'Alice. Lors de la guérison de sa maîtresse, il met ses pouvoirs au service des épileptiques. Il intègre une école afin de former des chiens sauveteurs. Pour une raison inconnue, Jules a attaqué un adolescent. Fred et Alice doivent tout mettre en oeuvre pour sauver Jules d'une mort affreuse.

 

     J'avoue avoir été un peu déçue, espérant une aventure extraordinaire pour ce chien aux pouvoirs salvateurs. Certes les idées farfelues de Didier Van Cauwelaert, des éléphants peintres, des chiens dépressifs, restent vivaces durant tout le roman.

 

    La lecture est agréable et rapide. Ce roman se dévore durant un voyage en train ou dans une salle d'attente d'un cabinet médical. Le lecteur s'évade tout en étant ancré dans sa réalité.

 

   Ce qu'il faudra retenir de ce livre est principalement le projet "ESCAPE" dont le but est de former des chiens détecteurs d'épisode épileptiques chez les enfants. Une raison d'acheter "le retour de Jules".

Il est couché sur le ciment dans une cellule-cage de deux mètres carrés. Dès qu'il nous sent, il bondit sur ses pattes et aboie comme je ne l'ai jamais entendu. Terrorisé, furieux, aphone. Je m'agenouille devant lui, glisse les bras entre les barreaux luisants de bave pour toucher son poil raide, humide, souillé.
- C'est moi, mon chien, c'est moi...Tout va bien.

Alarmée par son ton, l'adjudant a coupé le haut-parleur et changé de pièce. Alice s'est laissée tomber sur un pouf au coin de la cheminée, décomposée. Deux chiens d'élite, deux chiens d'assistance dont la formation avait coûté plus de vingt mille euros pièce, étaient retournés à l'état sauvage, s'entraînant l'un l'autre dans la divagation, le harcèlement, l'attaque des personnes et des biens qu'ils étaient censés protéger. Je m'épuisais à lui répéter en vain qu'elle n'était pour rien dans le dérèglement psychologique de Jules, qui pouvait être causé par un simple parasite de l'oreille interne - le premier diagnostic du Dr Vong. Quant à Victoire, son propre traumatisme et l'ascendant qu'exerçait sur elle le labrador en faisaient la complice involontaire de ses troubles de la personnalité.

Mon héros s'étonne que je le fixe à tout bout de champ, stylo en main, l'air en attente, concentré, discrètement quémandeur - un peu comme lui quand il me réclame une promenade. Mais là, c'est pour puiser l'inspiration dans ses yeux. Lui piquer une attitude, une réaction, un état d'esprit qui me permettront de décrire au plus juste son caractère, de faire partager ses débats de conscience à des lecteurs inconnus.

Rendez-vous sur Hellocoton !