Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le jardin : Stéphane Mallarmé

Dans le jardin : Stéphane Mallarmé

Une petite présentation du poète : un poète, marqué par la mort précoce de sa mère (quand il a cinq ans) et sa soeur âgée à peine de treize ans. Il se plonge dans la poésie et la lecture de poète comme Victor Hugo ou Edgar Poe. Mallarmé est un poète de la suggestion. Les idées desservent la poésie, seuls les mots comptent. Il faut compliquer la structure pour que le texte reste hermétique au commun des mortels. La poésie se cherche, s'apprivoise et seuls les esprits éclairés peuvent atteindre sa beauté.

Explication succincte du poème: une jeune épouse exprime son mépris et sa jalousie pour l'été que son mari ne connaîtra pas. Il est mort. Elle dépeint sa tristesse. Son défunt mari existe dans la nature profonde qui a mu son corps en une multitude de fleurs. A travers le bruit du vent, les sens en éveil, la veuve peut entendre son doux nom. La mort de l'être se confond dans la nature qui garde les âmes. Le lecteur retrouve une certaine poésie dans la mort. L'amour reste le vecteur essentiel qui permet à l'être de rester vivant.

La jeune dame qui marche sur la pelouse
Devant l’été paré de pommes et d’appas,
Quand des heures Midi comblé jette les douze,
Dans cette plénitude arrêtant ses beaux pas,

A dit un jour, tragique abandonnée – épouse –
A la Mort séduisant son Poète : « Trépas !
Tu mens. Ô vain climat nul ! je me sais jalouse
Du faux Éden que, triste, il n’habitera pas. »

Voilà pourquoi les fleurs profondes de la terre
L’aiment avec silence et savoir et mystère,
Tandis que dans leur coeur songe le pur pollen :

Et lui, lorsque la brise, ivre de ces délices,
Suspend encore un nom qui ravit les calices,
A voix faible, parfois, appelle bas : Ellen !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :