Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LE PRINCE DE PARIS: Pascal Marmet

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :

 

 LE PRINCE DE PARIS de Pascal Marmet

 

 036-copie-1A l'heure d'internet, les rencontres virtuelles se succèdent et se multiplient. De nombreux sites de rencontre permettent de chater en tout anonymat. Soie, une jeune femme belge, décide de s'inscrire sur un site qui lui ressemble. Elle clique sur un inconnu du nom de "Prince de Paris" qui correspond à sa vision de l'idylle amoureuse. Ils communiquent régulièrement puis les mots ne sont plus assez fort et ils décident de se rencontrer. Cette rencontre sera-t-elle déterminante pour consolider cette passion virtuelle ?

 Pascal Marmet utilise un double point de vue, celui de la femme romantique et de l'homme blessé par l'amour. Les deux protagonistes vivent loin l'un de l'autre, mais les ondes permettent cet amour. Chacun a une vision particulière de l'amour. La femme est dépeinte comme une femme attendant le prince charmant, l'homme comme un être qui essaie de se reconstruire face à ses déceptions amoureuses. Le style est poétique, les mots sont puisés dans le champ lexical de l'amour et du romantisme.

 Cet ouvrage se lit à la terrasse d'un café avec un rayon de soleil.

 

 Voici quelques citations tirées de cet ouvrage :

 

 " Des bouquets de mots parfaitement choisis, agrémentés de senteurs subtiles, lui étaient délicatement adressés. Il devint rapidement troublant et lorsqu'il proposa de lui téléphoner, sa voix délicieuse la laissa sans parole."

 " Il tardait à entrer. Cette fois, c'était lui. Il semblait s'éterniser au téléphone. Qu'attendait-il ? Craignait-il le choc virtuel-réel ?"

 " N'était-il qu'un beau parleur qui se rétractait quand l'autre faisait mine de croire à ses trésors?"

 " Oui, elle avait passé des soirées à chater. L'être virtuel n'est pas concret. Idéalisé, il se plie donc parfaitement à ce qu'on attend de lui..."

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Café-klatsch

 

 La fuite du château

 

 Mimi : - " Info ou intox ? Charlène aurait voulu fuir le palais.

 Choupette : - J'ignorais qu'elle était retenue prisonnière !

 Lucette : - Encore un coup de bluff pour être dans la presse people.

 Bella : - Non, ils n'ont pas besoin de cela. Ils font la Une quotidiennement.

 Mimi : - Il paraîtrait qu'ils se seraient disputés. Mais, on ignore les raisons.

 Lucette : - Ce doit être dû au choix de la couleur des ronds de serviettes.

 Choupette : - Il faut reconnaître que du côté des Grimaldi leur romance amoureuse a tendance à tourner court !

 Mimi : - Bon le prince a deux enfants nés hors mariage, mais c'est un détail.

 Choupette : - Tu oublies facilement les frangines qui se marient et divorcent tous les quatre matins.

 Lucette : - Les soeurs font comme elles veulent car elles ne monteront jamais sur le trône.

 Mimi : - Le but premier de ce mariage est de donner une descendance à la famille princière, légitime.

 Bella : - Ils se sont surement disputés pour le choix du prénom du premier enfant qui devra être un garçon. Imagine la pression ! Dans cette situation, je te fais le doublage de Cendrillon.

 Mimi : - Pour moi, c'est de l'intox. Les journaux avaient fait le tour du mariage : les invités, le lieu, le repas...

 Bella : - Moi, j'aimerai savoir si des paris sont en cours sur le nom du créateur de la robe de la mariée ou si elle portera des chaussures de verre.

 Lucette : - Soyez rassurées, on a vu les futurs époux rendre visite à Jean-Michel Jarre qui assurera l'ambiance durant la cérémonie.

 Choupette : - Donc on se donne rendez-vous samedi pour le mariage et cela fera taire toutes ces rumeurs."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Les héritiers de Stonehenge : Sam Christer

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :

 

 Les héritiers de Stonehenge de Sam Christer

 

 069Quand les lecteurs reconnaissent un excellent thriller, il est évident qu'il devient numéro un des ventes. Mon avis rejoint celui de ces passionnés de littérature anglaise. Ce roman contient 448 pages de pur bonheur.

 Cet ouvrage débute (gardez votre coeur accroché) par un sacrifice aux Dieux des Esprits. Cette offrande n'est autre qu'un homme qui va subir une véritable torture. Aucun élément de la description n'est laissé au hasard. Le lecteur entre dans le vif du sujet. Puis Sam Christer nous décrit le suicide d'un scientifique. Rien ne lie les deux affaires. Une détective Megan est chargé d'annoncer au fils de celui-ci le drame qui vient de se produire. Gideon Chase découvre des journaux intimes de son père écrit dans un langage codé. Quel secret détiennent ces livres ? Pourquoi les avoir écrit de manière codifiée? Des doutes s'introduisent dans l'esprit de ce jeune archéologue. Des évènements se déchaînent. 

 L'auteur dépeint en parallèle plusieurs enquêtes, plusieurs histoires qui n'ont en réalité qu'un seul point de convergence la Confrérie attachée au site antique de Stonehenge.

 Ce thriller est très bien construit, les histoires se croisent mais le lecteur n'est pas désorienté. Il suit avec avidité les avancés de chaque enquête. L'auteur détaille chaque situation. Le lecteur ressent le froid de la pierre qui emmure l'une des victimes. Il prend conscience de la folie de cette secte. Sam Christer brosse des personnages suivant des codes encrés dans leur existence depuis des générations. Chaque protagoniste joue un rôle important dans la recherche de la vérité.

 La puissance des mots est à lui seul un véritable challenge. Le thriller commence de manière violente mais douce tandis que la fin est haletante et destructrice. C'est un véritable chef d'oeuvre de construction narrative.

 Je le conseille à tous les détectives qui aiment l'association du mystère non-élucidé avec une enquête policière digne d'un grand polar. Je le glisse dans ma valise entre ma serviette de plage et la crème solaire.

 

 Voici quelques citations tirées du thriller:

 " - Nous, vos enfants obéissants, les Disciples des Esprits sacrés, nous sommes réunis ici au-dessus des os de nos ancêtres pour vous honorer et nous montrer notre dévotion et notre loyauté."

" Il ouvre le dernier tiroir du bureau, puis marque une pause quand son regard tombe sur son contenu. D'un geste déterminé, il sort le révolver de la Première Guerre mondiale, le porte à sa tempe et tire."

" - Les esprits sacrés nous apportent le renouveau tant que nous faisons de même. Nous les honorons avec notre chair et notre sang et eux, en retour protègent et renouvellent notre chair et notre sang. Fais-tu don de ta chair et de ton sang à leur sainteté immortelle?"

" Elle n'a aucun souvenir d'avoir été ramenée dans cet enfer. Elle a dû perdre connaissance sous la douche. La douche de sang."

" La culpabilité est insupportable. Les images se succèdent sans relâche dans son esprit torturé. Le jeune homme démembré et haché à l'abattoir. Le corps imbibé de vodka auquel on a mis le feu dans un camping-car qui se trouvait dans la grange. Il ne peut se soustraire à tout ça."

" Une marée sinistre et brune d'adeptes encapuchonnés enfle autour de lui.Une vague de Porteurs le pousse vers la circonférence d'un cercle enflammé de grands cierges épais. Derrière les flammes se tient le Maître de l'enceinte, tenant entre ses mains le marteau et le ciseau cérémoniels. Des instruments qui pourraient ôter la vie à Gideon. La peur s'éveille en lui. Il la sent s'écouler dans son organisme comme un poison."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le lundi c'est Librairie

Blog 001

 Cette semaine est une semaine découverte pour un auteur que je ne connaissais pas et un bref moment dans les tourments de l'Histoire. Vous me connaissez, j'ai tendance à m'attarder sur des éléments historiques secondaires. Secondaire ne veut pas dire inutile dans la compréhension de notre civilisation. J'ajoute que j'aime découvrir des nouveaux auteurs.

 Donc cette visite en librairie me donne l'occasion de lire ces deux ouvrages:

036-copie-1

 LE PRINCE DE PARIS : Pascal Marmet

 Roman/Editions en ligne/42 pages

 

073

 

 LA DERNIERE BAGNARDE : Bernadette Pécassou-Camebrac

 Roman/Flammarion/311 pages

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

L'enfant et l'oiseau : Katia Wolek et Anne Sorin

 034  C'est pas cool d'avoir des problèmes avec la lecture. Tu as trop la honte face aux potes. J'ai la méga solution pour toi ou pour  tes potes. Katia Wolek (prof. de français) et Anne Sorin (illustratrice) ont créé des bouquins illustrés qui te permettent de lire de manière ludique. Tu bouquines au fur et à mesure les chapitres et tu coches quand tu y es parvenu. Les chapitres sont courts et faciles. Les mots sont écrits plus gros et les images sont sympa.

 Cette lecture peut se faire après ta dure séance d'orthophoniste. Courage mon pote, tu n'es pas le seul !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Les CON : San Antonio # 2

  011-copie-2Cette fois, San Antonio est face à une affaire très délicate. Un meurtrier s'attaque aux CON. Difficile de sauver le prochain cité dans la liste car il en existe une flopée de cons. L'histoire débute à Paris, un con est retrouvé assassiné. On défère l'enquête à un expert dans le domaine : San Antonio.

 Un riche artiste peintre "Zircon"est sur le point de mourir, il décide de faire don de sa fortune à toutes les personnes ayant gardées le patronyme "con" dont lui-même à hériter. Pour obtenir cette liste, il fait appel à un clerc de notaire qui demande de l'aide à une agence chargée de retrouver des personnes.

 Cette liste va être dérobée de façon farfelue, avec menace à la clef. Durant ce récit, notre inspecteur rencontre de jolies femmes, part aux États-Unis et comptabilise un nombre impressionnant de macchabées.

 Frédéric Dard inonde son roman policier de citations concernant les cons, ponctue ce livre de divagation littéraire, introduit le "con magazine"qui séquence le livre.

 C'est édifiant le nombre de con qu'il rencontre et répertorie. Il dissèque l'être humain, le transcende de connerie. Les mots sont appropriés, la finesse de l'exactitude des termes utilisés est déroutante. Frédéric Dard joue avec les sonorités par un jeu de distorsion des mots. Il redéfinit les mots du dictionnaire. C'est un créateur de nouveau mot. La rhétorique est judicieuse et mélodieuse.

 Dans ce roman policier, rien n'est laissé au hasard. Chaque élément de l'enquête entraîne le lecteur dans une contre-enquête. Le lecteur ne devine pas la suite des évènements. La lecture se termine sur ces termes " Fin de la première partie" et le lecteur a hâte de prolonger sa lecture afin de connaître les raisons de la mort de tous ces cons. Je suis dans le même cas.

 

 Voici quelques citations tirées du roman :

 

 " On est toujours le con de quelqu'un"

 " Agression ou suicide ? Le baron Hubert Grégoire du Con est trouvé inanimé dans son château de Couilleboeuf."

 " On frissonne à l'idée qu'un fou sanguinaire entreprendrait le tour de France des con afin de les assassiner."

 " Contrairement à l'amour qui n'est quà l'échelle d'un instant, parce que tissé d'instants additionnés, la connerie est une éternité souveraine."

 " Le con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres."

 " - Nous devons coûte que coûte stopper ce massacre, San Antonio. Nous allons à l'hécatombe, droit, tout droit. L'héritage Zyrcon est à l'origine d'une sorte de génocide : l'extermination systématique des Con. Tout Con vivant est un mort en puissance, San-Antonio."

 " L'échec, c'est la réussite du con."

 

Integrale02

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le Dicton de Léon

 

  IMG 0004Le 21 juin : Fête de la Musique pour les uns,

 nuisance sonore pour les autres !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le lundi c'est Librairie

 Blog 001 

Un lundi pluvieux, rien de mieux pour une virée dans une librairie. Cette fois, je vais acquérir un petit bijou de la littérature anglaise et je vous en donnerai une petite critique à ma sauce. (à suivre dans les prochains jours)

069

 

Les héritiers de Stonehenge : Sam Christer

thriller (best-seller en Angleterre/Ma Editions/447 pages


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes : Jean-Pierre Otte

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :

 

 Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes  de Jean-Pierre Otte

 

081 Intéressant, captivant : voici les mots qui me viennent à l'esprit à la lecture de ce roman. C'est une bouffée d'oxygène qui remet le lecteur à sa place dans le monde de la littérature.

 Jean-Pierre Otte est très connu pour ses livres relatant la quête amoureuse de la faune et de la flore. Ce dernier roman s'attarde sur l'amour livresque.

 Jean-Pierre Otte est invité par Mehdi à rencontrer un cercle de lecteurs passionnés. L'écrivain se trouve face à ses lecteurs, à leur manière de penser, de vivre la littérature. Le narrateur lie avec élégance l'amour des écrits au régal des papilles. Chaque rencontre se solde par un repas accompagné de vins. Jean-Pierre Otte décrit des personnages différents (avocat, professeur d'espagnol, jardinier, aventurier, écrivain désoeuvré...) apportant leurs visions personnelles et leurs interprétations de la littérature. Chaque lecteur donne son opinion avec ses références littéraires, certains aiment les auteurs classiques tels que Ovide, Homère, d'autres vouent un culte à Julien Gracq, d'autres se retrouvent dans des grands découvreurs de contrées lointaines.

 Différents sujets sont abordés comme comment devient-on écrivain ? ou quelle est la place de la religion dans la littérature ? ou doit-on transposer une utopie romanesque à notre monde?.. Chaque personnage a un trait de caractère lié à ses lectures.

 L'écrivain doit savoir accepter la critique car il est conscient que ses écrits peuvent déranger son  lecteur.

 Les dialogues sont fantastiques, la beauté des phrases et la qualité des mots justes, appropriés rendent cette lecture vivante. Les protagonistes ne fanfaronnent pas sur leur qualité de lecteur, ils restent humbles devant les écrits. Chaque auteur cité possède son propre chapitre, un développement d'idées. Ce n'est pas une liste austère d'auteurs que chacun aurait lu.

  Chaque oeuvre répertoriée, vous, chers Lecteurs, vous serez tentés de les lire.

 Ce roman est à glisser dans votre sac pour une pause ensoleillée dans le maquis, sous un auvent ou accompagné d'une poignée de châtaignes et d'un petit coteau du Layon. Ce roman est un régal pour les sens.

 

 Voici quelques citations tirées du roman:

 " Dans ce cercle, qui réunissait une quinzaine de membres, on échangeait des livres, des avis sur des livres, on partageait ses expériences livresques et récitait à l'occasion certains extraits marquants à voix haute."

 " C'est dire aussi - à mes yeux - l'importance du courant qui nous traverse quand tout le reste, en dehors de ce que l'on nomme faussement l'inspiration, n'est que travail d'orfèvre, patient ou emporté, précisions, rythmes et musiques, ricochet de voyelles et mouvement de consonnes."

 " [...] Eliane m'a prêté certains de vos ouvrages et je tiens à vous dire que j'ai trouvé vos livres assez insupportables. Surtout ceux que vous avez consacrés aux rites amoureux du monde animal. Je n'ai pas assez d'adjectifs pour vous dire combien je trouve haïssable de prêter des sentiments aux animaux. Il y a des limites à ne pas franchir, et vous les franchissez avec une audace déraisonnable.Vous ne manquez pas d'une certaine qualité d'écriture; à mes yeux, c'est pire encore ; car, enfin, tout ce talent me semble développé à mauvais escient."

 " L'écrivain est un lieu où les choses se passent sous les apparences. Un lieu de fermentation, de réflexion, de transformation. Ce que l'écrivain produit, comme le vin, ne s'adresse pas à la seule réalité économique, politique, sociale ou sportive, mais à l'être tout entier dans ses réalités permanentes les plus complémentaires. L'écrivain comme le viticulteur travaille aussi bien à susciter l'ivresse qu'à rendre habitable ce monde et à rendre habitable cet univers particulier que nous portons, diversement, chacun en nous-même."

 " Ce n'est donc pas toujours, dit Maylis, revenant à sa première idée, la grande littérature qui nous fait évoluer, mais celle, quelle qu'elle soit, avec laquelle nous sommes en phase à un moment donné.C'est tantôt une histoire ou une intrigue, tantôt un personnage ou une atmosphère particulière qui contient une clé de notre moi, qui se donne comme un passe-partout, un diapason, un fil d'Ariane dans ce qu'Octavio Paz nommait le Labyrinthe de la solitude."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Café- klatsch

 Encore un livre de cuisine

 

 Lucette : -" Et encore un !

 Choupette : - De quoi tu parles, d'un mariage ?

 Mimi : - C'est normal ! C'est l'été tout le monde veut du soleil à son mariage.

 Lucette : - Non, vous vous trompez complètement. Je vous parle de ces charmantes actrices qui écrivent des livres culinaires.

 Bella : - Ah ! Ces actrices qui mangent un grain de riz à chaque repas.

 Lucette : - Oui, celles qui n'ont aucun pet de graisse. Qui portent des robes moulantes qui ne dévoilent aucun petit ventre.

 Mimi : - Vous êtes médisantes, elles pratiquent une activité sportive régulière.

 Lucette : - Et mangent cinq fruits et légumes par jour !

 Choupette : - Même quand elles accouchent, elles gardent leurs tailles de guêpes. Moi, je vous le dis : il y a de l'injustice dans ce bas monde. Bon on s'égare, qui sont ces déesses qui nous proposent des petits plats.

 Lucette : - On débute par Eva Longoria et son livre "Eva's Kitchen" et on finit avec sa copine Gwyneth Paltrow et son livre " Mon carnet de recettes"

  Bella : - J'espère que les recettes sont sympa. Je crois que les recettes de Gwyneth proviennent de son père qui lui a apprises. Pour celles d'Eva, je ne connais pas ses sources.

 Mimi : - Moi, je suis tentée par leur cuisine. Il ne faut pas rester négative. On peut être une star bien entretenue et aimer manger.

 Lucette : - Tu nous raconteras ton repas mystère !!!"

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

1 2 3 > >>