Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Parlons du Père Noël en poésie

père Noël  

Les jours s'approchent de la date merveilleuse où le Père Noël videra sa hotte dans les chaussures des charmants bambins. Mais a-t-on pensé à lui ? Quelqu'un a-t-il pensé à lui envoyer un petit présent ? Oui, le président des États-Unis grâce à la volonté d'une petite souris.

 Il lui offre une colombe, celle de la paix.

 C'est un message d'espoir que nous livre Pierre Chêne que les enfants de primaire réciteront en coeur jusqu'au 24 décembre.

 

Le Père Noël est mécontent


Le père Noël est mécontent
Ça fait bientôt plus de mille ans
Que nul jamais près de ses bottes
N'a mis la moindre papillote.
Depuis que Noël est Noël
On n'offre rien au père Noël.


Une souris dans son placard
Voyant qu'il avait le cafard
Téléphona en Amérique
Au Président d'la République :


"Depuis que Noël est Noël
On n'offre rien au père Noël
"


"La question est trop délicate
Faut consulter mes diplomates.
En me grattant derrière la tête
La solution viendra peut-être.


Depuis que Noël est Noël
On n'offre rien au père Noël
"


Pris d'une inspiration subite
Le président soudain s'agite
Et dans un tout petit paquet
Met la colombe de la paix


Depuis que Noël est Noël
On n'offre rien au père Noël.


Voyant le cadeau fabuleux
Le père Noël dit :
"Je suis vieux,
Pour jouer avec cette colombe
Portons la aux enfants du monde".

Et depuis ce fameux Noël
Qu'il est heureux le père Noël !


Pierre Chêne

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Grenouilles en folie : Melissa Tyrell et Becky Wallis

 011.jpg"Il pleut, il pleut bergère, c'est la fête à la grenouille...." Ok, tu connais la chanson ! Mais as-tu lu ce livre bariolé qui raconte l'histoire de grenouilles colorées?

 Voilà ce qui sera chose faite, quand tu auras ce livre entre les mains. Les grenouilles sont magnifiques et elles illustrent les couleurs de l'arc-en-ciel.

 Comme tu le sais déjà après la pluie vient le beau temps. Quand le soleil rencontre la pluie, il nous laisse entrevoir un joli arc-en-ciel. Peut-être découvriras-tu le trésor au pied de ce magnifique arc ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Lundi C'est Librairie

 Blog 001

A travers un brouillard épais, je me dirige avec entrain en direction de ma librairie. Les fêtes de fin d'année arrivent à grands pas, donc je vais vous faire découvrir un roman magique.

 

 Voici mon choix :

047.jpg

Les Dolce, la route des magiciens, tome 1 : Frédéric Petitjean

Roman / Don Quichotte / 533 pages


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Café-Klatsch

demi-moore-et-ashton-kutcher5 sousleader  

 

Le divorce d'une jolie femme

 

 

Lucette : " Quand il y a du rififi dans un couple, à Hollywood, cela se règle par un divorce.

 Mimi : - Qui divorcent ?

 Bella : - Je suis estomaquée ! Toi, la reine des potins, tu n'es pas au courant !

 Choupette : - Demi Moore aux rebuts !

 Lucette : - La belle diva, qui assumait bien d'être une couguar, a été évincée par une petite poulette.

 Choupette : - il a préféré s'envoyer en l'air avec une certaine Sara, la veille de leur six ans de mariage. Je trouve qu'Ashton Kutcher est fort sympathique. La grâce faite homme !

 Mimi :- Je comprends mieux pourquoi, elle a tant maigri. On commence à voir à travers.

 Bella : - Ce n'est pas en ne s'alimentant plus qu'elle va le récupérer.

 Choupette : - Moi, il faut vraiment que je me trouve un mec afin qu'il me plaque pour perdre mes kilos en trop. Le régime des stars américaines !!!

 Lucette : - Elle s'est ressaisie. C'est elle qui demande le divorce. Un divorce sur médiatisé. Je suis assez triste pour elle. J'avoue adorer son  premier mari Bruce Willis.

 Mimi :- Je trouve que Bruce et Demi allaient bien ensemble mais les lois du show-biz sont impénétrables.

 Lucette : - Bon, avez-vous des infos sur le prochain divorce à la mode ?

 Choupette : - Pas encore, mais quand une diva débute la danse les autres rappliquent rapidement."


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Charlotte aux fraises : Caramiel fait sa mauvaise tête

0032.jpg  C'est franchement cool cette série, sauf qu'elle ne sent pas la fraise. C'est dommage mais tant pis ! Elle raconte les aventures de Charlotte aux fraises et de tous ses amis. Chaque histoire est fraisi-rigolote !

 Cette fois, c'est la ponette Caramiel qui s'est blessée à la patte et tous ses copains essaient de la soigner. Mais Caramiel a très mauvais caractère et grogne à chaque proposition que font ses potes. Elle devient vraiment agaçante. C'est sans compter sur Charlotte aux fraises qui ne se décourage jamais. Charlotte a enfin réussi à trouver une activité qui fait sourire sa copine : raconter de belles histoires.

 Charlotte est vraiment une super fraisie copine !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Tuer le père : Amélie Nothomb

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

 Tuer le père d'Amélie Nothomb

 

 303Amélie Nothomb, reconnue pour son nombre impressionnant de romans édités, aborde cette fois la relation particulière entre un père et son fils ou inversement.

 Joe est un adolescent qui n'a pas connu son père et qui est rejeté par sa mère. Celle-ci le jettera à la porte pour conserver un amant de passage. Joe a une passion dans la vie : la Magie. Il s'entraîne, seul, dans sa chambre à faire des tours de cartes. Quand il se retrouve dans la rue, il ne lui reste que ce seul moyen d'existence. Il joue dans les bars et les hôtels. Il reçoit des pourboires qui lui permettent de subsister.

 Un jour, un homme le regarde différemment, lui accorde de l'importance. Il devient ce père tant attendu. Joe va suivre l'instruction de Norman Terence, le plus grand magicien de tous les temps. De cette union naîtra une fusion parentale, une découverte de soi. Joe fera des bêtises comme un jeune en évolution et Norman lui enseignera une idéologie, un travail.

 Parfois la magie est un moyen de tromper. Mais les dés ne sont-ils pas pipés d'avance quand l'un des deux joueurs triche depuis la première partie ?

 Amélie Nothomb touche à un pan de l'homme qu'elle n'avait pas encore abordé : la rivalité père/fils. Jusqu'où l'amour d'un père peut-il aller pour sauver un fils ? Cette auteur va jusqu'à expérimenter cette notion de fusion dans une relation qui n'est pas biologique. Ce qui rend la situation encore plus tragique. Les deux hommes se sont choisis. La violence des rapports est plus dure, plus diamétralement opposée. La souffrance de cette union est plus solide qu'un père biologique avec ce fils issu de son sang.

 Je pense qu'il n'était pas nécessaire qu'elle , Amélie Nothomb, apparaisse dans l'incipit du roman. Serait-ce pour elle un nouveau moyen d'attirer le lecteur dans son oeuvre? Je vous laisserai le choix d'y répondre.

 Amélie Nothomb choisit toujours avec exactitude le titre de ses romans. "Tuer le père" est le synonyme parfait de ce livre. Un fils doit mentalement tuer le père pour se construire, être le meilleur, le dépasser dans son domaine, pousser ce père dans ses plus lointains retranchements. "Tuer le père" est une éclosion de l'enfant vers l'âge adulte. Cette vision apocalyptique rejoint la notion de sigmund Freud concernant Oedipe :" aimer la mère et tuer le père."

 

Voici quelques citations tirées du roman :

 

" Les adieux sont sans état d'âme. La mère se soucie du fils comme d'une guigne. Le fils méprise la mère."

" - Le but de la magie, c'est d'amener l'autre à douter du réel."

" - Oui. Quand je lui enseigne la magie, il est tellement bizarre, presque effrayant. Il boit mes paroles et, en même temps, je sens qu'il veut me sauter à la gorge et me déchiqueter de toutes ses dents."

" - Je ne me plains de rien. Tu avais tellement besoin de tuer le père. Moi, ce que j'entends dans cet énoncé, c'est que je suis bel et bien ton père et cela me touche. Je suis venu pour te remercier."


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Lundi c'est librairie

Blog 001

 Cela faisait quelques temps que je ne m'étais pas attardée sur une auteur belge. Mon retard sera donc réparé par la lecture de son dernier roman. Par ce biais, je fais aussi un joli clin d'oeil à une amie qui se reconnaîtra.

 Je dévoile son roman sans plus attendre.

 

303.jpg

Tuer le père : Amélie Nothomb

Roman / Albin Michel / 151 pages


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Léviathan, la chute : Lionel Davoust

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire:

 

 Léviathan, la chute de Lionel Davoust

 

 051-copie-1Quand la réalité humaine se confronte à une puissance séculaire, le Comité, la violence de l'affrontement risque de laisser des traces indélébiles.

 Michael Petersen survit, à l'âge de sept ans, au naufrage du ferry Queen of Alberta. Ses parents meurent. Michael revoit dans ses cauchemars qui deviennent de plus en plus présents le corps de sa mère engloutit par les eaux. Cet enfant a grandi, il est marié à une charmante femme qui lui a donné un magnifique enfant. Il travaille comme biologiste marin. Malgré la terreur que lui procure la mer, il reste fasciné par elle.

 Sa vie idyllique serait parfaite si cette angoisse de la mer ne ponctuait pas chacune de ses nuits. Il décide de se confronter à celle-ci en embarquant pour l'antarctique.

 Cette décision déçoit le Comité qui met tout en branle pour éviter que celui-ci n'atteigne les côtes glacières.

 Va-t-il pouvoir atteindre sa destinée ? Pourra-t-il déjouer les plans de cette instance supérieure ? Connaîtra-t-il enfin la vérité ? Sa vie serait-elle basée sur un mensonge ?

 Lionel Davoust dérive sur les mers arctiques avec naturel. Il échafaude des plans démoniaques pour détruire ce biologiste. Ce thriller est divisé en plusieurs parties : En premier le lecteur découvre deux descriptions de situations qui se juxtaposent, un homme remplissant machinalement des documents sur l'océanographie et une femme menant une enquête. Ces deux protagonistes semblent vivre aux antipodes l'un de l'autre mais quelque chose les lie. Dans un deuxième temps, Lionel Davoust dévoile le secret qui unit Michael et Masha. Le troisième temps est la confrontation de l'homme contre des puissances qui le dépassent (Michael contre la mer donc le léviathan et Masha contre le Comité).

 

 Ce thriller est à la hauteur des attentes du lecteur. Il faut atteindre les dernières pages pour comprendre le roman. Rien n'est laissé au hasard. L'intrigue est très bien ficelée.

 

 Voici quelques citations tirées du thriller :


 " Car je vous le dis : la mer va nous le prendre. Quoi qu'il advienne, aussi sûr que notre destin à tous est inscrit dans les étoiles, notre ami, notre frère est déjà mort. Veillez-le, camarades. Honorez sa mémoire. Ceci n'est pas une fête. C'est une veillée funéraire."

 " Le ferry plane entre deux mondes ; au bord de son propre canot, l'enfant ne voit plus ni vagues, ni reflets, ni fond. L'annexe de sa mère tombe, chute, s'abîme dans un abysse plus absolu que les gouffres insondables séparant les galaxies, une déchirure dans le tissu de la réalité, de la mémoire - et de la raison -, tandis que l'alarme sonne, encore et encore, son glas."

 " La baleine bleue était le plus grand animal marin de la planète. Un véritable Léviathan surgi de la mythologie."


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Marie chez les nudistes #10

 Je me suis assoupie et en me réveillant je constate de la bave sur le transat. J'ai du dormir la bouche ouverte et sûrement ronfler. La honte ! Je regarde l'état de ma peau. Ouf ! Je ne ressemble pas à un rôti grillé. Comme je suis sotte, j'ai oublié de me tourner au bout d'une demie-heure, comme dans une rôtisserie. Je file dans mon bungalow pour constater les dégâts. Rien à signaler. Je me saisis d'un magazine people pour m'informer des derniers cancans à la mode. Je reconnais être en mission mais je reste une vraie nana qui se documente sur des actualités cruciales pour son équilibre intellectuel.

 Je retourne sur mon bain de soleil et essaie de trouver une place confortable pour me faire brunir le dos. C'est un exercice qui s'avère compliqué. Je m'aplatis comme une crêpe, sauf que la crêpe n'a pas de soucis pour caser ses gros seins. Je relève le buste, me campe sur un de mes coudes, treuille mon magazine et remets mon deuxième coude dans la même position que son acolyte. Je lis de manière disparate les articles sur ces chanteuses qui font du monokini, je remarque les derniers tatouages de certaines stars. J'apprends les derniers accouchements et remarque qu'après avoir accouchées les femmes du show-biz sont aussi plates qu'avant. J'ai vraiment envie de connaître leurs techniques. Pour cela il faut connaître des actrices ou chanteuses et moi, à part ma concierge qui chante des tubes des années 80 en frottant l'escalier, avec un accent à couper aux couteaux, je ne côtoie personne. Je conçois qu'elle connaisse les paroles, concernant le rythme j'émets des réserves. Certains chanteurs doivent faire des bonds en l'entandant. La "Star Ac" ne l'attend pas. Je pense qu'elle est au courant mais sa bonne humeur l'emporte sur sa voix de crécelle.

 Après une heure de lecture passionnante, je reprends ma position initiale et plus adéquate pour observer mes sujets de mission. Au bout de dix minutes de désert absolu, je décide de me préparer à manger. J'ai entrepri de faire des efforts. Je me prépare donc une salade de compétition, c'est à dire, des pâtes froides en vinaigrette avec des morceaux de poivrons, de tomates et des dés de jambons et j'ajoute du maïs. Pas mal comme recette !

 Seul bémol, pas de pain. Je regarde l'heure, la boutique est encore ouverte. Cette fois, je ne me tromperai pas de chemin. Je me chausse de baskets top tendance qui raffermissent le fessier quand on marche ou court. Je décide de me la faire sportive. Le porte-monnaie dans une main et en avant toute. Je descends doucement les trois marches du perron. Et hop !

Le ridicule ne m'atteint pas. Je débute ma course effrénée. Un coup de sein à droite, un coup de sein à gauche. J'ai un point de côté au premier virage. Je ne ralentis pas l'allure. On est sportive ou on ne l'est pas. J'arrive à la supérette, attrape à l'arrachée une baguette. J'étais douée en relais à l'école. Je jette la baguette sur le comptoir et donne la monnaie. Je manque de m'étouffer. L'air n'irrigue plus mon cerveau. Je me ressaisis. Il faut que je tienne pour le retour. Je salue le caissier et repars en trombe. Quand j'atteins ma demeure, je suis au bord de l'apoplexie, les genoux qui flageolent, la gorge en feu. Mes poumons me rappellent  leurs existences. Je m'assoie sur la dernière marche, anéantie de douleur...


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le nouveau spectacle : Laurent Gerra

 laurent-gerra-nouveau-spectacle-521637.jpgPour une gymnastique des zygomatiques intensive, un seul imitateur à votre service : Laurent Gerra !

 Ce spectacle est à conseiller contre les humeurs maussades. Le rire est garanti. Il écorche tous les hommes et femmes politiques, s'acharne sur Patrick Bruel avec délice. Il n'oublie pas ses classiques: Céline Dion, Johnny. Il sait être nostalgique quand il imite avec justesse les grands paroliers de la chanson française : Jean Ferra, Trenet...

 Les voix sont exceptionnelles, irrésistibles. L'humour est présent dans chaque interprétation. Laurent Gerra est éblouissant dans ses duos. Il passe d'une voix à une autre avec exactitude. Il est entouré de cuivres, de pianos et de guitares : une sacrée équipe de joyeux lurons.

 Cet imitateur de talent achève son spectacle avec la chanson "Qu'est ce qu'on attend pour être heureux?". C'est vrai qu'est ce qu'on attend pour être heureux !

 Ces deux heures de spectacle sont une parenthèse jouissive.

 Si vous n'avez pas été encore voir ce one man show, courez et riez ! Pour les plus casaniers, ce spectacle sera bientôt dans les bacs.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

1 2 > >>