Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comptine en Allemand

 Continuons notre découverte de cette langue germanique qui par bien des rumeurs à sembler barbare aux élèves guère assidus.

 À travers un manuel scolaire de 6ème (faut bien reconnaître le niveau ridicule de mes lacunes), j'ai retrouvé une comptine qui permet aux élèves d'apprendre non pas l'alphabet (méthode très judicieuse) mais les nombres.

 Ceux qui s'en souviennent, peuvent la fredonner sans complexe. Pour les autres, suivez le rythme !

 

 Du zählst

 

 Eins, zwei, Papagei,

 drei, vier, Offizier,

 fünf, sechs, kleine Hex (e),

 sieben, acht, gute Nacht,

 neun, zehn, auf Wiedersehen,

 elf, zwölf, es kommen die Wölf(e)!

 Huh...!


 Je ne traduis pas ce serait ridicule. Bon, pour les irréductibles têtes en l'air qui arborent un regard de panique, je vous glisse quelques mots clés : Die Hexe : une sorcière (c'est à quoi ressemblait mon professeur après un cours d'allemand difficile); Die Wölfe : les loups (les élèves qui l'auraient très vite dévorée).


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Café-Klatsch

 Chouchou et Loulou

alexandra-lamy-jean-dujardin-hollywood_leader.jpg

 Bella : "Il paraîtrait que Loulou et Chouchou seraient sur le point de se séparer...

 Choupette : Encore un qui a le melon !

 Mimi : - Restez zen ! Ne tirons pas la carpette rouge trop vite. C'est sûrement un coup des médias qui ne tolèrent pas qu'un couple réussisse dans la vie et à l'écran.

 Lucette : Je rejoins l'avis de Mimi. Certes les récompenses sont importantes pour Loulou mais il ne faut pas que les lecteurs  oublient que "bobonne" assure aussi entant qu'artiste. Néanmoins, elle est blonde ce qui pourrait lui jouer un vilain tour.

 Bella : - Oui, elle n'est pas seulement la femme de ... Ce serait réducteur. Chez les peoples, les couples qui perdurent existent réellement.

 Choupette : - Arrêtez de jouer les prudes, le petit jean est un beau mec dont je ferai bien mon quatre heures. Oups, je glisse sous les flashs des projecteurs.

 Lucette : - T'as pas le décolleté qui faut.

 Mimi : - Entre nous soit dit sa compagne n'est pas refaite.

 Bella : - C'est ce qui doit poser un sacré problème pour les rois de la rumeur. Elle ne fait pas plante verte et elle a du dialogue.

 Mimi : - Pour faire taire les médisants, ils ont communiqué sur leur relation qui se porte bien. Cela fait dix ans qu'ils vivent ensemble, il y a des hauts et des bas comme dans tous les couples. Rien de neuf sous le soleil. (présent aujourd'hui sur toute la France)

 Lucette : Hep, Madame Météo, tu peux faire des prévisions à long terme pour les couples médiatisés !

 Choupette : Moi, je lui propose de se transformer en bodyguard  : Pas touche mon mec ! (bodyguard : c'est l'effet croisette)"

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Bonne Fête Maman !

photo-tulipe-jaune-studio-01.jpg

 La fête des mères est le jour où les enfants chantent, offrent des cadeaux et récitent de jolis poèmes pour réjouir le coeur des mamans.

 Voici celui qu'Edgar Poe offrit à sa mère :

 

J’entends au-dessus de moi dans les cieux
Les anges qui murmurent entre eux.
Ils ne peuvent trouver de mot d’amour plus grand
Que celui-ci : Maman.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Apprendre l'Allemand

 La langue allemande et moi, cela fait trois : l'Allemand donc, moi comme vous vous en doutiez et mon incompréhension.

 Cependant, j'ai trouvé une solution pour régler ou réduire mon absence de culture germanophone : la littérature allemande. Je rassure les novices de mon cru, je ne débuterai pas par les écrits de Goethe mais par des lectures enfantines.

 Mes professeurs, de l'époque, (ne gloussez pas les "physiquement présents" en cours), ne cessaient pas de nous rabâcher de lire des journaux, des livres et d'écouter la radio ou les médias. Donc, de nombreuses années après, acculée par la nécessité d'obtenir un emploi où la langue allemande est requise, je découvre les joies d'un apprentissage délicat et fastidieux.

 Dans cette nouvelle rubrique, je ferai par conséquent un état des lieux de mes lectures et je vous aiderai à trouver de bons ouvrages pour anéantir vos lacunes (souhaitant qu'elles soient inférieures aux miennes).

 

 Je débute avec un livre qui contient une traduction en français du texte en allemand. Dans la traduction, l'auteur a glissé des mots en allemand. Ils sont publiés dans une autre couleur. Les illustrations contiennent aussi des textes ou dialogues en allemand. Ce livre met en scène un garçon (Junge) qui va dormir chez sa grand-mère (Oma) qui ne parle que cette langue, la veille de Noël (Weihnachten).

 Ce récit est très intéressant car il utilise des termes de la vie courante. Ce ne sont pas des déclinaisons à apprendre ou des phrases qui ne peuvent être utilisées que dans certains contextes.

 Ma lecture fut laborieuse. Je me suis munie d'un dictionnaire pour m'obliger à réfléchir par moi-même. Certes, il contient un lexique qui permet d'apprendre des termes faciles, que je me suis empressée de noter.

 Bon voyage en Allemagne ! Tschüss !

 Oma spricht Deutsch ! : Fern Powell-Samman und K. Wagner-Lopes

 IMG-copie-4.jpg


 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le Dicton de Léon

 Derrière la pluie, le pessimiste perçoit encore une journée maussade tandis que l'optimiste distingue un moment de convivialité, à domicile.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Les mamans (La Petite Bibliothèque Grinçante) : Chiflet&Cie

 IMG-copie-4.jpg 

 Pour les oubliers de la caverne, les sauvages de la forêt, les illuminés vivants sur une autre planète, je réitère une information de la plus haute importance : Dimanche 26 mai c'est la fête des mères.

 

 Pour faire dans l'originalité, arrêtez d'offrir des bouquets de fleurs, qui certes plaisent toujours, mais fanent rapidement !

Optez pour des livres qui combleront les amoureuses des Belles-lettres ou les adeptes de l'humour.

 

 "Les mamans" recense des citations, des proverbes, des remarques sur nos tendres mères. Parfois, tendres, possessives, extraverties, délirantes ou moroses, tous les traits de caractère de nos génitrices apparaissent. Le but étant de découvrir ce qui caractérise le plus la vôtre ou vous-même.

 La corde sensible vibrera aux sons des chansons d'Eddy Mitchell link, France Gall link et bien d'autres.

 Les dessins humoristiques de Frévin sont au rendez-vous pour le plus grand des plaisirs.

 

 Juste pour le plaisir :

 

"Ma mère me haïssait. Un jour elle m'a emmené dans un orphelinat et m'a dit de me faire de nouveaux amis." Pyllis Diller

"Je n'oublierai jamais les premiers mots de ma mère lorsque je suis allé en prison : "Bienvenue, mon fils."" Eric Morecambe

"Tous pondus sans péridurale, nourris aux grains, et élevés en plein air !" (petipetipeti.petipetipeti...) Frévin

"Les femmes se divisent en deux catégories : les laides et les maquillées, les mères étant à part" Oscar Wilde

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Styliste à tout prix ! Claire Ubac

IMG-copie-3.jpg

 La question qui turlupine vos esprits de collégienne est la suivante : "qu'est-ce que tu feras quand tu seras grande?" et la réponse que vous donnez à vos copines est "Styliste ou décoratrice".

 

 Lili vous ressemble. Cette élève de CM2 dessine, croque des esquisses de mode et crée des bijoux. Son père est un grand reporter et a souvent rencontré des personnes influentes dans la mode. Lili adore Nino Roi, un créateur très tendance, qui organise un concours pour travailler à ses côtés.

 Lili saute sur l'occasion. Elle triche en changeant son âge, elle se déguise en ado de 15 ans. Elle obtient un rendez-vous avec le jury du concours.

 Cependant, réussira-t-elle à atteindre son objectif ou le hasard l'amènera-t-il dans un autre univers?

 

 Ce livre correspond à des collégiennes de sixième qui désire réaliser leur rêve parfois en modifiant la vérité. Les filles suivent avec envie les aventures d'une jeune fille pleine de ressources. Elle est soutenue dans ses péripéties par un ami qui reste toujours à ses côtés. Lili est plongée dans diverses cultures : son père est irlandais, sa nounou marocaine et son meilleur ami asiatique. Elle n'a pas connu sa maman mais possède en elle, une vraie joie de vivre.

 

 Ce roman contient les instructions pour créer les mêmes modèles que Lili propose pour son projet. Il existe, évidemment, un site internet, où vous pouvez suivre les aventures de cette collégienne.

 Un roman amusant et bourré d'optimisme !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le Dicton de Léon

 

  Les accidents de la vie obligent l'homme à se recentrer sur ses priorités existentielles.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Les morts ont tous la même peau : Boris Vian

 y a quelqu'un qui m'a dit de lire :

 

 Les mots ont tous la même peau de Boris Vian

 

 Les-morts-ont-tous-la-meme-peau.jpgEn ce moment, les lecteurs s'accordent un moment de détente en parcourant "L'écume des jours" avant de découvrir son adaptation cinématographique.

 Je préfère donc vous parler d'un autre roman de cet auteur qui mérite les mêmes éloges que ce dernier. Certes, le sujet traité ne rejoint pas le premier; quoique l'amour y soit présent.

 Dan, un noir dans un corps de blanc ou inversement, exerce la profession de videur dans une boîte connue pour sa prostitution et ses jeux clandestins. Ce job lui convient car il aime frapper fort et à l'occasion, coucher avec les prostituées. Autrement sa vie familiale s'écoule de manière sereine.

 Cependant, cette tranquillité acquise par de nombreux efforts s'effondre quand Richard, son frère noir ébène, le fait chanter. Son passé remonte à la surface. Chaque pore de sa peau refuse que sa famille, ses relations de travail l'associent à la race noire. Pour éviter tous les scandales quant à ses origines, il tue son frère.

 Persuadé que personne ne connaît son crime, il retourne travailler. Néanmoins, la maîtresse de Richard a assisté au meurtre et une chasse à l'homme se met en place.

 

 Ce roman plonge l'homme dans la quête de son identité. Celle-ci se décline sur le mode du racisme et de ses conséquences néfastes. Boris Vian dénonce le racisme. Il dissout les couleurs de peau, il transgresse les codes pour mettre en évidence qu'une couleur ne définit en aucun cas l'homme.

 Ce texte a choqué par son érotisme et sa violence accrue. Plus aucune limite ne peut formater l'homme. Sa violence décuple quand il se sent pris au piège. Il aime Sheila, sa femme, et ne peut concevoir de vivre sans elle. Cependant, sa soif d'être blanc le pousse à l'adultère et au meurtre.

 

 Un roman sur l'intégration des noirs dans la société américaine, sur la vision que l'homme perçoit de lui-même et de la violence gratuite infligée aux gens de couleurs différentes. Ce livre décline toutes les variantes de couleur, passant du noir ébène au blanc. Boris Vian joue sur cette dualité qui retranche Dan dans une pure folie.

 

Voici quelques citations tirées du roman:

 

"J'étais blanc. J'avais épousé une femme blanche. J'avais un gosse blanc. Et le père de ma mère avait travaillé comme docker à Saint-Louis. Un docker aussi foncé qu'on pouvait le rêver. Toute ma vie j'avais haï les Blancs. Je m'étais caché, je m'étais sauvé d'eux. Je leur ressemblais, mais ils me faisaient peur à ce moment-là. Et maintenant je ne savais plus ce que j'éprouvais autrefois, car je ne considérais plus le monde avec mes yeux de Noir. Mon évolution s'était faite lentement à mon insu, et, ce soir-là, je me retrouvais transformé, changé, assimilé."

 

"Elle marchait à côté de moi. Jolie fille. Les jambes, les seins, la tête. Tout y était.

 Il faut savoir choisir ses alibis."

 

"Je ne pouvais pas bouger. Ce flic est entré et je suis resté derrière mon rideau. Il aurait fait un pas vers moi, j'étais forcé de lui tirer dessus et je n'avais pas envie de lui tirer dessus. Attendre seulement."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

L'art de manger : Jean-François Piège

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :

 

 "L'art de manger" de Jean-François Piège

 

 IMG-copie-3.jpgQuand un grand cuisinier nous offre un mets de choix, le lecteur doit le déguster avec envie. Jean-François Piège accompagne son lecteur dans sa cuisine. Il leur démontre avec passion les motivations de création et son désir d'offrir à ses clients les plus beaux plats.

 Ces plats d'exception n'auraient jamais vu le jour sans la passion de ses grands-parents pour les repas dominicaux et sa tante propriétaire d'une maison d'hôtes. Pour faire court, Jean-François Piège baigne dans la sauce dès le plus jeune âge.

 

 Sa conception de l'esthétisme culinaire s'accompagne d'un amour pour l'artisanat. Il accorde sa confiance à des artistes du bois, de la porcelaine. Il aime coordonner le lieu avec les goûts et les parfums.

 

 Ce manifeste contient une surprise du chef : quelques recettes à réaliser pour régaler des amis.

 

 La visite culinaire éveille les papilles et renforce l'idée qu'un repas d'exception s'accorde avec un lieu de prédilection.

 

 Voici quelques citations tirées de ce manifeste :

 

" Désormais, le repas cherche à exprimer son accord avec son époque, ce qui implique un important travail d'adaptation aux désirs des convives, qui fluctuent au gré des aspirations de la société. Un chef s'exprime afin de livrer, non pas une oeuvre "artistique" intemporelle, mais une interprétation de l'époque dans laquelle il vit, en adéquation avec la problématique de disponibilité des ingrédients, prenant en compte les évolutions des techniques de transformation et le goût des consommateurs."


"Symbole de la tradition et du luxe, notre manufacture incarne l'une des formes les plus novatrices du savoir-faire français. La porcelaine est un matériau magnifique et reconnu pour ses nombreuses qualités : sa blancheur, sa translucidité et sa sonorité délicate. Elle est imperméable, dure, résistante et conserve très bien la chaleur." (Michel Bernardaud)


 " J'aime pas ! Les femmes qui ne prennent pas de dessert." (Valérie Expert)


Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

1 2 > >>