Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un juif pour l'exemple : Jacques Chessex

 un-juif-pour-l-exemple.jpg

 Difficile d'imaginer que la Suisse, un pays dont la neutralité fut exemplaire, puisse avoir engendré une haine raciale. Cette période trouble de la Seconde Guerre mondiale ne s'est pas arrêtée aux frontières de l'hexagone. Les idées radicales prônées par Hitler ont atteint des villages paysans de la Suisse. À Payerne, les temps sont durs et certains individus revendiquent un désir de protectionnisme et veulent réduire les richesses des Juifs.

 Un pasteur, Lugrin, radicalise ses propagandes et harangue la foule à la haine raciale. Cependant, les groupes extrémistes se cachent, parlent à couvert. Ils s'associent et attendent le moment opportun pour faire un exemple. Le prête rencontre un homme vulnérable et empli de haine. Ils se lient avec d'autres jeunes en perte de repère. Ils décident de frapper fort en tuant un Juif réputé. Ils le manipulent et l'emmènent dans une grange à l'écart, prétextant lui montrer une belle vache pour augmenter son troupeau. Ils le tuent sauvagement et décident de le découper comme un véritable animal et de jeter ses morceaux à Chevroux.

 Ils seront arrêtés et clameront encore leur volonté de nettoyer la Suisse sans aucun remords.

 

 Ce roman est un cri de rage et d'incompréhension. L'auteur utilise un ton de haine pour bousculer les foules, pour mettre au grand jour la culpabilité du silence. Le ton est mordant et incisif. Le lecteur est pris aux triples dès les premières lignes. Il se débat avec ses errances et ses angoisses.

 L'homme se trouve face à sa culpabilité et donc en équilibre sur un fil. Dieu a abandonné l'homme face à ses propres choix.

 

" Fernand Ischi, avec une vingtaine de Payernois, a prêté serment au Parti nazi. Il est vantartd et fat. Mais rusé, pratique, bien renseigné lui-même, dévoré de haine, de volonté de revanche et de puissance. Il déteste les Juifs mais il hait aussi et méprise les bourgeoisde Payerne qui l'ont vu en difficulté scolaire et infériorisé, au garage, par l'autorité de ses frères. Très jeune déjà, à sa sortie de l'école, il porte toujours une arme sur lui, un Walther 7.65, il l'exhibe pour faire le malin. Et intimider. Menacer..."

 

 ""On a tué ce Juif et on l'a débité exactement comme un cochon à l'abattoir de la ferme." Dans sa culpabilité, Payerne oppose et amalgame l'exemple juif et la cochonaille, le Mur des lamentations et les tranchoirs du laboratoire porcin. O Jérémie, prophète sombre, tu avais dit le scandale : "L' Eternel a été pour moi comme un ours en embuscade, comme un lion aux aguets. Il m'a emporté loin du chemin pour me déchirer. Il m'a laissé dans l'abandon.""

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Belle et Sébastien : Nicolas Vanier

 belle-et-sebastien.jpgUn film incroyablement beau! Les paysages sont magnifiques. La scène se déroule sur un fond de nature paisible et rude. La montagne accentue la violence des souffrances des hommes en guerre. Les Allemands ont envahi la France et la Résistance s'organise pour aider les Juifs à passer en Suisse.

 Chaque montagnard tente de résister à la dureté des évènements.

 

 L'amitié liant Belle (La Bête) et Sébastien soude l'intrigue du film. La philosophie se réduit facilement à ces maximes: les différences forment des amitiés sincères et que chacun peut aider son prochain. Les apparences sont souvent trompeuses mais il faut passer au-delà.

 Chaque personnage porte en lui des blessures et tente soit de se faire pardonner de ses erreurs passées soit de comprendre ses propres failles.

 

 Félix Bossuet est un acteur en herbe bourré de talent.

 

 Une très belle leçon de vie! Un film à visionner à tous les âges.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Toujoursalapage vous souhaite un Joyeux Noël

sapin Joyeux Noël à tous les rêveurs , les poètes, les lecteurs et les aventuriers du monde des lettres.bougie

 

 Amusez-vous! Profitez de votre famille et de vos amis!

 

 Lisez un bon roman sous la couette, dans un bon fauteuil !!! loisir lire

 

 

 

 sapin                        sapin                     sapin                        sapin                   sapin                  sapin

Voir les commentaires

C'est Noël tous les jours : Odette Vercruysse

  

sapin-de-noel.jpg

 Durant les préparatifs de Noël, chacun se met en quête d'un  cadeau idéal qui comblera les attentes de ses proches. Mais si Noël pouvait se décliner durant toute l'année, il revêtirait les rimes de ce poème. La joie, la fraternité, le partage et le don de soi permettent de lutter contre les inégalités. Les souffrances ne peuvent être abolies en un jour, le 24 décembre (la nuit de tous les miracles), mais bien dans un effort commun durant le reste de l'année.

 On connaît très peu de choses au sujet de l'auteur; seulement qu'elle eut des problèmes de langage très importants, lui valant de nombreuses opérations. Elle possédait une oreille musicale, héritée de ses parents musiciens.


C'est Noël chaque fois qu'on essuie une larme dans les yeux d'un enfant

C'est Noël chaque fois qu'on dépose les armes et chaque fois qu'on s'entend

C'est Noël chaque fois qu'on arrête une guerre et qu'on ouvre les mains

C'est Noël chaque fois qu'on force la misère à reculer plus loin

C'est Noël sur la terre chaque jour

Car Noël, mon frère, c'est l'Amour

 

C'est Noël quand nos coeurs oubliant les offenses sont vraiment fraternels

C'est Noël quand enfin se lève l'espérance d'un amour plus réel

C'est Noël quand soudain se taisent les mensonges faisant place au bonheur

C'est Noël dans les yeux du pauvre qu'on visite sur son lit d'hôpital

C'est Noël dans le coeur de tous ceux qu'on invite pour un bonheur normal

C'est Noël dans les mains de celui qui partage aujourd'hui notre pain

C'est Noël quand le gueux oublie tous les outrages et ne sent plus sa faim

C'est Noël sur la terre chaque jour

Car Noël, mon frère, c'est l'Amour

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Françoise Dolto La déraison pure : Didier Pleux

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

 Françoise Dolto, La déraison pure de Didier Pleux

 

 francoise-dolto.jpgChers parents, il est temps que la vérité soit rétablie dans l'éducation de vos enfants. Les mères ne sont plus responsables des dérives de leur enfant. La phrase souvent répétée de "mon fils ou ma fille, quand tu iras chez le psy, n'oublie pas de dire que c'est de la faute de ta mère". Rassurez-vous l'épée de Damoclès n'a pas changé d'adversaire. Papa peut dormir sur ses deux oreilles.

 Didier Pleux démystifie la théorie de Françoise Dolto sur l'influence castratrice de la mère sur sa progéniture. Il revient sur son propre mode d'éducation , qui ne correspond pas toujours à ses principes longuement argumentés dans ses livres.

 Il émet des doutes sur la validité des convictions d'une icône de la psychanalyse.

 Ce livre jette un pavé dans la mare qui éclabousse des années de "dictate" de Françoise Dolto et qui risque de faire du bruit.

 Faites-vous une opinion.

 

Voici quelques citations tirées du livre :

 

 "La psychanalyse semble enfermer Françoise Dolto dans son mythe absolu : l'être humain ne peut exister qu'en tuant, symboliquement, les désirs de ceux qui l'aiment, ses parents. L'amour des parents n'est jamais positif, il n'est que le règlement de comptes de pathologies inconscientes. Quelle vision sinistre de l'amour parental!"

 "...Car, malheureusement, la trop grande autonomie qui est accordée à certains enfants suscite souvent une plus grande liberté et des responsabilités qu'ils ne peuvent prendre. Non, les enfants ne sont décidément pas de grandes personnes."

 " Souvenons-nous de la fameuse réplique de Sigmund Freud à la question de Marie Bonaparte concernant le rôle des parents : "Parents, quoi que vous fassiez, vous le ferez mal !""

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

L'apocalypse des travailleurs : Valter hugo Mãe

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :


 "l'apocalypse des travailleurs" de Valter Hugo Mãe


 couv-apocalypse.jpgMaria da Graça est une femme de ménage, qui travaille dans diverses maisons. Elle est constamment violée par un de ses patrons et crée une union ambiguë avec cet homme. Mais un drame se produit et modifie le cours de sa vie. Maria a une seule amie, femme de ménage elle aussi, qui tente de donner des couleurs à sa vie malgré la rudesse des épreuves.

 Deux femmes qui ne baissent jamais les bras devant l'adversité.

 un roman sur des destins croisés qui s'entrechoquent, se mêlent pour se donner l'espoir de continuer à exister. La misère est présente : ici palpable et violente et plus loin en Ukraine insoumise et psychologique.

 Chaque protagoniste porte sa misère humaine dans l'espoir d'un monde meilleur, peut-être près de Saint- Pierre s'il leur ouvre les portes du paradis. Cependant Maria, Quitéria, ekaterina, andriy...désirent-ils rejoindre ce paradis?

 

 L'écriture est équilibrée. L'auteur harmonise des solitudes pour peindre la société actuelle. Chaque personnage oeuvre pour un monde plus humain. L'humour froid donne une vision réelle de la vie des travailleurs de l'ombre.

 

 Il est parfois difficile de pénétrer dans un roman pour diverses raisons : il vous ressemble trop et révèle un pan de votre personnalité qui vous chagrine ou parce que votre état d'esprit n'est pas en adéquation avec le sujet traité ou bien encore par ce que le thème colle trop à la réalité.

 L'Apocalyspe des travailleurs englobe plusieurs éléments précités d'où ma difficulté à lire et à émettre un avis sur ce livre. Il m'était difficile de le lire, de l'abandonner sur un coin de table ou de commencer un autre livre. J'étais dans une impasse totale.

 

 Voici quelques citations tirées du roman:

 

 "je mourrai après que la plupart des gens m'auront oubliée. les gens qui restent ici-bas oubliés de tous, tu sais, sont les plus forts. si rien ne les touche, ils restent et ils restent, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. quitéria hochait la tête et insistait, un de ces jours le vieux te tuera. écoute ce que je te dis, ma fille, tu es trop jeune pour te laisser persuader que l'amour c'est être violée."

 

"andriy pensait à quitéria et à sa pauvre condition d'employée de maison. puis il se disait que ce n'était qu'une femme de ménage idiote n'ayant aucune conscience de ce que c'était que de lutter pour la vie quand tout ce qui vous restait n'était rien de plus qu'être simplement en vie..."

 

"maria da graça voulait donner mille coups de pied dans le cul de dieu. entrer au paradis et donner mille coups de pied dans le cul de dieu jusqu'à ce que ce cul, aussi grand soit-il, devienne rouge et tuméfié et qu'il lui fasse mal quand il s'assiérait. ce serait une façon de lui apprendre à inventer des peines moins cruelles pour ceux qui n'avaient pas demandé à naître."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le Dicton de Léon

 Croire en la vie, c'est aussi accepter son inéluctable fin.
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires