Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Robert des noms propres : Amélie Nothomb

Robert des noms propres : Amélie Nothomb

Y a quelqu'un qui m'a dit de lire:

 

Robert des noms propres d'Amélie Nothomb

 

Une jeune fille de dix-neuf ans, enceinte et à fleur de peau, abat froidement le père de son enfant car son foetus avait le hoquet. Après avoir mis au monde, Plectrude, elle met fin à ses jours. Son seul testament s'inscrit dans le prénom féérique de sa fille.

 

L'enfant est confié à sa tante qui l'adopte; Elle rejoint une fratrie composée de deux autres filles plutôt classique. Le destin de Plectrude est de briller sur les planches des plus beaux ballets. Elle possède toutes les qualités exigées et une dévotion irraisonnée de sa mère adoptive.

 

Puis le drame, une chute et le rêve se brise. Des révélations violentes bouleversent l'équilibre familial et la mort taraude cette femme issue de la destruction de ses parents.

Des parents assassinés ou assassins engendrent-ils des enfants meurtriers? L'assassinat d'Amélie Nothomb est-il salvateur pour cette princesse de la mort?

 

Dans un roman-éclair, Amélie Nothomb rivalise d'ingéniosité pour pousser les sentiments de ses personnages jusqu'à leur auto-destruction. Elle arpente les problèmes liés à l'adolescence, la volonté de se trouver, les problèmes liés à l'image de soi, l’anorexie...

 

Le thème du suicide, de l'assassinat développe chez cet auteur le goût du risque. Elle se met en danger au travers des mots. Elle s’assène le coup fatal à la fin du roman. J'avoue que cette mise en abyme m'a un peu déçue. J'avais conçu une fin tragique à cette héroïne de glace et cette conclusion me laisse perplexe.

 

Amélie Nothomb fait découvrir à ses lecteurs l'univers des petits rats de l'Opéra. L'écriture décrit la violence de ce rude métier, la discipline militaire imposée à des enfants et le dictat de la maigreur. L'image carte postale est très vite émaillée par les tortures que s'impose Plectrude. Plus aucune place n'est laissée à l'épanouissement de soi et le plaisir de danser.

 

Ce roman acquiert le prestige du mot juste, la définition du nom propre comme un blason à honorer. Le choix du prénom de son enfant prévaut-il sur sa destinée? Réfléchissez au prénom dont vous avez affublé vos enfants? Seront-ils de bon augure, l'avenir vous le dira !

Pourtant, elle était sûre de ne pas être folle. Elle voulait que la vie soit forte et dense. Ne fallait-il pas être folle pour vouloir autre chose? Elle voulait que chaque jour, chaque année, lui apporte le maximum.

Si les Arsinoé déployaient, à tâcher de tirer meilleur parti de leur propre physique, l'énergie qu'elles consacrent à déblatérer contre les Célimène, elles seraient deux fois moins laides.

Elle avait souvent essayé de lire, mais les livres lui tombaient des mains. Sans doute chaque être a-t-il, dans l'univers de l'écrit, une œuvre qui le transformera en lecteur, à supposer que le destin favorise leur rencontre. Ce que Platon dit de la moitié amoureuse, cet autre qui circule quelque part et qu'il convient de trouver, sauf à demeurer incomplet jusqu'au jour du trépas, est encore plus vrai pour les livres.
" Ionesco est l'auteur qui m'était destiné", pensa l'adolescent. Elle en conçut un bonheur considérable, l'ivresse que seule peut procurer la découverte d'un livre aimé.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Caramel, entre en scène ! Patrice Marsaudon

Caramel, entre en scène ! Patrice Marsaudon

Un joli canasson ou un merveilleux destrier qui ne manque pas de panache ! Caramel n'a pas sa langue dans ses abots, ni ses sabots dans sa poche.

 

Fidèle ami de Charlotte, il accumule les bêtises. Il ne cesse de taquiner Willy et ne peut s'arrêter de lui croquer ces pantalons. Toutes les occasions sont idéales pour ridiculiser le jeune homme. Willy ne reste pas en reste il riposte avec des bousculades, des railleries et des moqueries envers le quadrupède. La bagarre est serrée mai reste toujours amusante et comique.

 

Caramel est né sous les mains de Patrice Marsaudou dans une revue équestre " Cheval Star" où l'animal ruait déjà dans les brancards.

Les gags s’enchaînent de manière frénétique mais le bémol se dessine rapidement car les fins se ressemblent étrangement. L'humour est présent et prête à sourire mais on se lasse rapidement. Cette BD rejoint celle de la verve de Boule et Bill: Ici, on échange les personnages un chien contre un cheval, Boule par Charlotte.

Les dessins colorés forcent la caricature pour la plus grande joie des lecteurs plus jeunes.

L'arrivée de PASSA redonne un sursaut à l'histoire. Qui est donc PASSA ? Je vous laisse le découvrir à la fin de ce premier album.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Un jour à tuer : Ben Kemoun

Un jour à tuer : Ben Kemoun

J'ai rencontré à un auteur à l'humour décadent. Ses romans arpentent tous les recoins de la vie des ados.

As-tu déjà déclaré ton amour à la plus belle fille de ta classe ? souviens-toi, celle assise devant, qui obtenait toujours les meilleures notes?

Antoine est fou amoureux de Virginie depuis le CM1. Il décide enfin de lui avouer son amour. Armé de son courage, d'un stylo et d'un joli papier à lettres (spécialement choisi pour elle), il dévoile sa passion.

Virginie répondra à cette demande en lui rendant sa copie corrigée avec comme simple note un zéro sur vingt. Antoine, blessé au plus profond de son cœur, décide de mettre fin à la vie de Virginie.

Cependant, connaît-il vraiment cette première de la classe à qui il en veut tellement ?

 

Une belle histoire peut commencer par une copie corrigée, méfiez-vous toujours des apparences !

 

L'écriture est fluide, rapide et émouvante. Tu adopteras Toine à travers sa force de caractère. Tu soutiendras Virginie au bord du précipice. Ces deux personnages pourraient appartenir à ta classe.

 

Bonne lecture !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Un requiem athée: Michel Onfray

Un requiem athée: Michel Onfray

Chacun, à un moment ou un autre rejoindra la mort; certes de différentes manières : violente, amère, âpre ou salvatrice. La faux n'épargnera personne. Quels que soient la religion, la culture, croyant ou athée, elle attend tapis dans l'ombre ou dans la lumière le moment de t'ôter la vie.

 

Michel Onfray propose une vision athée du requiem, symbole de la liturgie religieuse chrétienne. Il accorde aux athées un exercice musical pour rejoindre à leur manière le néant.

 

Ne sortez pas les mouchoirs, la messe est dite. Cet écrit poétique redonne ses lettres de noblesse au trépas et permet de poser les mots justes sur cet adieu. Sa vision de l'être démuni de vie redéfinit notre vision de la mort. Elle incarne le rapport des athées au cosmos.

 

La souffrance des vivants ne faiblit pas pour autant mais cette liturgie athée atténue les craintes des vivants face à l'inéluctable.

 

Ce requiem retranscrit la vie et invite l'homme à jouir de ce moment terrestre avant de retourner au néant. Ne cherchez pas de paradis, ni d'enfer, le néant sera pour Michel Onfray votre repos éternel.

Avec le néant
(Cum nihil)

Devenu plus que rien
Le néant du tombeau sera néantisé lui aussi.

Rien sera devenu tout.

Mort du salut
(Domine)

Avec ta mort
Meurt aussi le salut.

La mort n'est pas un bien
Elle n'est pas non plus un mal.

Elle est.

Par-delà le bien et le mal.

Nul besoin d'attendre le salut
Que ton angoisse avait fabriqué.

Vie de la vie
(Recordare)

Il y eut le néant
Il y aura le néant.

Mais,
Entre les deux néants,
Il y eut aussi
Ta vie.

Et ta vie fut :

Suc et sève
Rare et vive
Dense et forte
Ciel et feu
Chair et sang.

Elle fut solaire et lumineuse.
Mais ta vie fut aussi :

Gel et fiel
Peine et brève
Noire et dure
Pierre et bile
Sèche et froide.

Elle fut nocturne et sombre.

Comme toutes les vies
A la fois paradis sur terre
Et enfer ici-bas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

L'ESPION DE LA GRUYERE : Christine Pompéï et Raphaëlle Barbanègre

L'ESPION DE LA GRUYERE : Christine Pompéï et Raphaëlle Barbanègre

Quand on déménage dans un autre pays, on se sent souvent déboussolé. On a envie de découvrir des nouveautés mais on ne sait jamais par quoi commencer.

il existe, à part les guides touristiques (lus très souvent par les parents) et les discussions, une autre manière de découvrir un pays ou une région : les livres.

J'ai découvert, grâce à une amie et au salon du livre de la jeunesse de Fribourg, Christine Pompéï qui arpente les montagnes et villes pour nous faire découvrir la Suisse.

Maëlys, Lucien (un de ses copains) et les parents de Maëly ainsi que sa petite sœur, partent au sport d'hiver. Je vous rassure le trajet est rapide. La Suisse reste le pays des montagnes et des lacs. Arrivé au gîte, le père de Maëlys reçoit un étrange appel. Maëlys et Lucien trouvent une photo où des hommes (qui foutent la trouille) avec des bonnets rouges prennent la pose. Qui sont-ils? Et cette inscription derrière la photo est encore plus intrigante. Il n'en faut pas plus pour les deux détectives en herbe.

Cette enquête les mènera du Moléson (où la vue sur le Lac Léman, le Mont-Blanc et les trois lacs est surprenante), à la chocolaterie Cailler (à Broc) et au Palais de glace.

Chausse tes skis, armes-toi de jumelles, l'enquête commence !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

L'étreinte de la nuit : Sadie Matthews

L'étreinte de la nuit : Sadie Matthews

Un livre à confier à des mains expertes que dis-je à des mains averties. Éloigner les enfants, seuls les adultes consentants sont admis dans cette plongée érotique.

 

Une jeune étudiante, fraîchement larguée et débarquée à Londres, découvre la ville sous un autre angle. Beth réside dans un très bel appartement qui donne une vue imprenable sur l'appartement d'un bel-âtre, se rince rapidement l’œil.

Dominic sera son nouveau mentor sexuel. Il lui fera découvrir un univers dont Beth ignore toutes les subtilités et la violence.

 

La lecture est assez agréable mais les lecteurs rencontreront les classiques : la jeune fille nunuche, prude, un bel homme riche et doué sexuellement. La rencontre fortuite, qui ne l'est pas de toute évidence.

Les séances érotiques sont à couper le souffle, cependant l'écriture faiblarde et fade anéantit toute sensualité.

 

Les amatrices de "50 nuances de Grey" peuvent sans hésiter se jeter à corps perdu dans cette nouvelle tentation où dominer l'autre est le lien (en soie ou en cuir) fondateur de cette nouvelle idylle londonienne.

Cette petite mise en scène m'a mise en émoi. J'ai le souffle court et le sexe engorgé, les lèvres gonflées et brûlantes. Mon corps, réveillé de sa torpeur par Dominic, en réclame toujours plus, impatient de connaître de nouveau l'extase qu'il m'a offerte. D'instinct, mes mains descendent et j'en glisse une entre les plis du peignoir. Je la pose doucement sur mon sexe et sens la chaleur accumulée là.

-Je veux juste m'assurer que vous me comprenez bien, Beth. Certains adultes ressentent le besoin de faire des choses que le reste de la société considère avec dégoût, voire avec horreur. Des choses qui ne cadrent pas avec la conception classique de la sexualité et qui peuvent révéler quelques vérités difficiles à encaisser. Pourtant, je suis persuadée que chacun d'entre nous a le droit de rechercher le bonheur et que, si cela implique une fessée de temps en temps, ça ne devrait pas poser de problème. C'est la raison d'être de ce lieu : j'ai voulu procurer à ces gens un espace où ils peuvent vivre leurs fantasmes en toute sécurité. La sécurité et le consentement sont la clé de tout ce qui se passe ici, Beth. Une fois que vous aurez compris ça, vous pourrez aborder ce nouveau cheminement l'esprit tranquille.

- Laisse-moi seulement te dire ceci, ajoute-t-elle avant de se pencher vers moi. Ne te satisfait jamais d'une petite vie bien tranquille. La jeunesse s'écoule bien plus vite que tu ne pourrais le soupçonner. Rassemble toute la force et la vigueur qui t'animent, saisis-les à pleines mains et profites-en à fond. Il t 'arrivera de souffrir, mais, même ça, ça prouve que tu es bien vivante et ça t'aide à vraiment apprécier les moments de plaisir. Les hommes ne sont pas éternels. "Humbles et puissants, tous doivent pourrir un jour." Ne l'oublie jamais. Nous aurons tout le temps d'être tranquilles dans la mort.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

J'irai cracher sur vos tombes: Boris Vian

J'irai cracher sur vos tombes: Boris Vian

Le décor est planté dans le sud de l'Amérique où la ségrégation sévit. Lee Anderson, issue d'une mulâtresse, quitte sa ville natale suite au lynchage de son petit frère noir amoureux d'une blanche. Il s'installe comme libraire dans une petite ville. Il se lie à une bande de jeunes enclins au sexe et à l'alcool. Lee utilise ces adolescents délurés pour atteindre son but : venger son frère.

 

Le titre de ce roman n'est pas trompeur, il symbolise la violence des actes. L'écriture est brute, violente et carnassière. Le lecteur est pris aux tripes et ne peut s'échapper de cette histoire indemne. L'agressivité démoniaque matérialise la troublante vérité du racisme. Durant cette période trouble, les auteurs utilisaient souvent la maltraitance d'un noir par des blancs mais Boris Vian, sous le pseudonyme de Sullivan, développe la rage d'un noir qui mettra à exécution son plan meurtrier. Cette explosion de violence heurte les sensibilités; toutes les perversions de la société puritaine de cette époque s'entrechoquent : la lecture s'étiole sur des scènes de beuveries, pornographiques et une scène pédophile.

 

Ce roman ne laisse pas indifférent. Le lecteur s'imprègne de l'ambiance étouffante d'une société enclavée dans des principes raciaux réducteurs. Il se raidit face à l'écriture aiguisée et bestiale mais ne peut se résoudre à abandonner sa lecture car il est pris au piège d'une narration puissante et attractive. Le lecteur doit connaître l'issue de cette bouleversante et barbare descente aux enfers.

- Écrire, dit-il. Écrire des best-sellers. Rien que des best-sellers. Des romans historiques, des romans où des nègres coucheront avec des blanches et ne seront pas lynchés, des romans avec des jeunes filles pures qui réussiront à grandir intactes au milieu de la pègre sordide des faubourgs.

Je veux brûler la maison, Lee. Notre père l'avait construite. Nous lui devons tout ce que nous sommes. C'était presque un Blanc, pour la couleur, Lee. Mais, souviens-toi qu'il n'a jamais songé à renier sa race. Notre frère est mort et personne ne doit posséder la maison que notre père avait construite de ses deux mains de nègre.

Ceux du village le pendirent tout de même parce que c'était un nègre. Sous son pantalon, son bas-ventre faisait encore une bosse dérisoire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Le temps du muguet : Francis Lemarque

Le temps du muguet : Francis Lemarque

Francis Lemarque est surtout reconnu pour ses chefs-d'oeuvres musicaux chantés par Yves Montand, Charles Trenet et le cultissime Henri Salvador. Il ne cesse de fredonner durant toute sa carrière. La musique étant un art qui valorise la poésie, Francis Lemarque est aussi un auteur prolifique de poèmes.

Le muguet permet, selon la tradition, de redonner ou de souhaiter du bonheur aux êtres aimés. Cette tradition remonterait à la Renaissance. Charles IX aurait reçu un brin de muguet, un premier mai. La tradition a subi quelques mutations mais l'élan d'amour reste identique.

 

La signification du nom "Muguet" correspond à "retour du bonheur".

 

Virtuellement, je vous envoie donc un brin de muguet pour vous souhaiter beaucoup de bonheurs.

 

Il est revenu le temps du muguet

Comme un vieil ami retrouvé

Il est revenu flâner le long des quais

Jusqu'au banc où je t'attendais

Et j'ai vu refleurir

L'éclat de ton sourire

Aujourd'hui plus beau que jamais

Le temps du muguet ne dure jamais

Plus longtemps que le mois de mai

Quand tous ses bouquets déjà se sont fanés

Pour nous deux rien n'aura changé

Aussi belle qu'avant

Notre chanson d'amour

Chantera comme au premier jour

Il s'en est allé le temps du muguet

Comme un vieil ami fatigué

Pour toute une année pour se faire oublier

En partant il nous a laissé

Un peu de son printemps

Un peu de ses vingt ans

Pour s'aimer pour s'aimer longtemps.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires