Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Benjamin, le Père Noël du jardin: Antoon Krings

Benjamin, le Père Noël du jardin: Antoon Krings

Si tu connais Arnaud, l'escargot ou Lulu la tortue ou bien Loulou, le pou, tu ne dois pas ignorer l'histoire de Benjamin, le Père Noël du jardin.

 

Un matin, celui-ci reçoit une lettre de loulou qui s'adresse au Père Noël. Benjamin pense à une blague de la factrice mais le lendemain il reçoit des milliers de lettres de tous les animaux du jardin qui l'ont reconnu comme le Père Noël.

 

Benjamin, dépassé par les évènements, jette au vent du nord toutes les lettres

 

Benjamin joue de sa nouvelle notoriété. Ses amis l'aident dans toutes ses corvées car Benjamin a besoin de temps pour préparer la distribution des cadeaux.

 

Mais la veille de Noël, Benjamin est pris de remords et tente de réparer ses bêtises. Arrivera-t-il à sauver Noël?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Défense de manger le Père Noël : Agnès Bertron-Martin et Marie Desbons

Défense de manger le Père Noël : Agnès Bertron-Martin et Marie Desbons

Quelle idée bien farfelue de vouloir manger le Père Noël !

 

C'est la mésaventure qui arriva à un géant. Le géant vivait paisible dans un village où les habitants le nourrissaient avec en contrepartie des promenades à pas de géant.

Un jour de décembre, la neige tomba en abondance. Le géant était ébloui par cette chantilly tombée du ciel. Sa surprise fut encore plus grande lorsqu'il découvrit une fraise bien rouge entourée de chantilly.

 

Son appétit insatiable fut comblé en gobant cette fraise. Cependant la joie fut de courte durée. Son ventre gargouillait, le chatouillait et faisait des soubresauts. Le géant tenta de faire sortir la fraise de son ventre mais abandonna.

 

Pendant ce temps, les lutins cherchaient le Père Noël parti faire son footing pour être en forme pour distribuer les cadeaux. Les lutins sauvèrent le père Noël en l'extirpant du ventre du géant.

 

Le géant était bien triste mais le père Noël, un fin gourmet, ne lui en tint pas rigueur. Depuis ce jour, le géant et le Père Noël dinent souvent ensemble.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Un amour Impossible : Christine Angot

Un amour Impossible : Christine Angot

Une relation amoureuse vire au cauchemar social.

Rachel tombe amoureuse de Pierre. Tout les oppose. Ils ne viennent pas du même milieu. Elle est pauvre, juive et tellement belle. Il est riche, cultivé et intelligent. De cette union secrète naît Christine. Une enfant espiègle qui voit la vie à travers les yeux de sa mère. Christine fera la connaissance de son père plus tard.

Pierre s'est marié avec une femme de son rang, qui lui donnera deux enfants. Cet homme instruit reconnaît enfin Christine. Celle-ci est subjuguée. Mais l'adoration sera de courte durée. Christine est violée par ce père dominateur et distant. Rachel essaie de sauver sa fille mais le mal est fait. Celui-ci reste collé à son esprit, dans sa chair.

Deux femmes qui s'aiment et se détruisent à cause d'un homme dont elles cherchaient une reconnaissance, une identité.

Christine Angot dévoile son amour pour sa mère par le biais de ce dialogue. Elle revient sur son passé volé et violé. A la troisième personne, elle pose des mots sur son viol. Elle pousse son analyse psychologique jusqu'à remettre en cause sa relation affective avec sa mère. Elle la condamne de son ignorance et de son mutisme. Elle règle son compte au règne des castes qui suturent notre société. Christine Angot ne tombe pas dans le mélodramatique. L'auteur arrive à se désolidariser de son viol paternel et à disséquer son malheur et à lui accorder une existence sociale.

Christine Angot règle avec profondeur et non lourdeur sa descente aux enfers. Ses erreurs commises non réparables transpirent à travers ses conflits et ses révoltes. Elle condamne une mère méprisée et humiliée par un père pervers. Christine a rejoint le clan adverse. Elle déverse sa honte sur sa mère et réalise après un long cheminement que sa mère a toujours su être présente, acceptant avec fatalisme l'abandon de sa fille. Christine comprend dans un long dialogue avec sa mère que la cible trouvée était une erreur et le seul et l'unique fautif de ses relations perverties est son père.

Un roman époustouflant de franchise et d'honnêteté qui fait réfléchir sur les valeurs de la famille et le respect que nous devons lui accorder.

- S'il veut un enfant de toi c'est qu'il voit un avenir avec toi. C'est un type bien, c'est un type intelligent, il sait ce qu'il fait. Il est gentil, c'est pas quelqu'un qui fait n'importe quoi. Il est attentif, il est sensible. C'est pas le genre de type arrogant, alors qu'il pourrait.

La rupture avec mon père n'avait pas été nette. Rien ne lui interdisait d'espérer un revirement. Elle ne supportait pas que soit inscrit "née de père inconnu" sur mon acte de naissance.C'était une mention fausse. Injuste. Elle espérait qu'elle serait corrigée. Qu'il me reconnaîtrait, que ce serait une reconnaissance légale et officielle. Régulièrement, dans ce but, elle lui écrivait. Ses reprises de contact avaient un deuxième objectif, le revoir.

- Pourquoi je le dirais pas? Tu penses que c'est pas vrai? Tu crois qu'il n'y a pas de quoi? Il y avait des choses à faire si tu voulais pas que j'en arrive là. T'as jamais rien fait pour essayer de comprendre ton rôle dans toute cette affaire. Regarde, j'arrive pas à avoir une relation amoureuse correcte. Tu penses qu'on peut s'en sortir en vivant ce que j'ai vécu? Tu le penses vraiment? Tu es consciente que c'est toi qui es centrale dans cette affaire?...Et que tu t'es jamais remise en question toi. Tu comprends pas, tu comprends pas la place exorbitante que tu as dans ma vie, tu comprends pas que tu as envahi ma vie?...Que je peux pas vivre la mienne. Que pour moi tout tourne tellement autour de toi que je n'arrête pas de te chercher. Depuis toujours. D'essayer d'être moi.Eh oui ! T'en es pas consciente hein de ça? Je suis jamais allée vers des gens qui me plaisent à moi. Mais vers des gens qui t'ont plu à toi, ou qui t'auraient plus. J'ai jamais fait autrement qu'en fonction de toi. Et toi t'es là, tu te poses aucune question. Non mais je rêve.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Noël de vieil artiste : Emile Nelligan

Noël de vieil artiste : Emile Nelligan

 Un poète fou, toujours au bord de l'abîme, confronte ses rêveries à sa mélancolie. Pour lui, Noël symbolise, non la naissance de Jésus de Nazareth mais la mort de l'artiste. Emile Nelligan, poète canadien, transmet son mal-être, ses angoisses de la vie. Il est oppressé dans un esprit et un corps meurtris.

 La saison invitant à la gaieté, à la joie de vivre ensemble est ressenti par le poète comme une malédiction. L'artiste se meurt sur son grabat gelé. La mort devient pour lui la seule issue au bonheur qu'il ne rencontre pas sur terre.

 Les verbes sont brutaux. Tout le lexique de la souffrance, du combat voué à l'échec se focalise sur cet être décharné.

 Le paradis et donc la délivrance se réalise dans la mort. Celle-ci peut lui apporter la chaleur.

 Le lecteur compare dans une rivalité non feinte la souffrance de vivre sur terre et le bonheur d'être libre au paradis.

 

Noël de vieil artiste

La bise geint, la porte bat,
Un Ange emporte sa capture.
Noël, sur la pauvre toiture,
Comme un De Profundis, s'abat.

L'artiste est mort en plein combat,
Les yeux rivés à sa sculpture.
La bise geint, la porte bat,
Un Ange emporte sa capture.

Ô Paradis ! puisqu'il tomba,
Tu pris pitié de sa torture.
Qu'il dorme en bonne couverture,
Il eut si froid sur son grabat !

La bise geint, la porte bat...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires