Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les vrais héros ne portent pas de slip rouge : Axel Sénéquier

Les vrais héros ne portent pas de slip rouge : Axel Sénéquier

    A n'en pas douter, vous aviez remarqué l'allusion à Superman et vous félicitiez de cette astuce. Le débat et les histoires de super héros sont renvoyés au placard pour laisser place aux héros ordinaires et ancrés dans la vraie vie.

  Axel Sénéquier nous dévoile des héros qui vous surprendront parfois, vous feront sourire avec panache. J'avoue mettre laisser surprendre par des chutes d'histoire auxquelles j'avais imaginé un autre épilogue. Ces histoires quotidiennes s'apparentent à des faits divers pour certains et à des faits anodins qui ponctuent nos existences.

  L'écriture est limpide et agréable. Les récits précis permettent une vision rapide et efficace de ces scènes de vie. Les lecteurs apprécieront le style bref comme un encart journalistique.

  Vous êtes enfin prêts pour découvrir des héros des temps modernes. En passant, je vous glisse avoir aimé plus particulièrement "Avant-première" et "le contrat".

Laissez-moi en commentaire laquelle de ces histoires vous a le plus marqué.

Dans un fracas immense, le miroir du couloir vola en éclats. Avant qu'il n'ait compris ce qu'il se passait, Jean-Claude lui sauta dessus par derrière, saisit le bras qui tenait l'arme et le brisa d'un coup de genou. Les os craquèrent, le sang gicla et le type s'affala sur la moquette en hurlant de douleur.

"Le coup du miroir, dit Jean-Claude d'un air dépité en le regardant geindre à terre, c'est un grand classique. Il a été utilisé pour la première fois par Sylvester Stallone à la vingt-huitième minute de Désigné pour mourir"

"J'ai un boulot à vous proposer, avait-il continué, qui peut rapporter de l'argent, beaucoup d'argent. Pour cela, j'ai besoin de quelqu'un qui sache faire preuve de précision et de sang-froid."

Aujourd'hui, c'était à son tour de venir en aide à son amie. Peu importait l'endroit où Héloïse était partie, la durée du vol, l'heure qu'il était chez elle ou la tristesse qui lui enserrait le coeur, Augustin avait décidé de lui sauver la vie, quel qu'en fut le prix. Il s'était installé sur son lit avec ses réserves et si besoin, il resterait ainsi des mois, sans marcher, pourvu qu'Héloïse n'est plus à souffrir du soleil.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires