Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est loin d'aller où : Sébastien Joanniez

 Jeunesse-0064.jpg

 Cette sentence "C'est loin d'aller où" symbolise la quête de retrouver son moi intérieur. Sébastien Joanniez aborde le thème de la mort à travers le point de vue d'un adolescent. La perception de la mort est encore plus troublante. Cet adolescent se pose de nombreuses questions sur l'au-delà.

 Après avoir commis un incendie de poubelle, Mathieu s'aperçoit que son blouson a subi des dommages. Rico lui propose d'inventer une bagarre où son blouson sera volé. Pour être plus crédible, Rico frappe Mathieu à la tempe. Á cet instant tragique, le destin de Mathieu bascule.

 Il erre dans un au-delà dont il ne connaît pas les règles. Il ne reste que son âme qui vagabonde dans un labyrinthe éclairé par des lumières incandescentes. Il court, fuit et revient inlassablement à son point de départ.

 Mathieu rencontre une jeune fille, Anna, qui s'est jetée du troisième étage de son immeuble. C'est une fille sombre qui ne cesse jamais de pleurer.

 

 Dans ce roman, Mathieu cherche à vivre, s'opposant ainsi à Anna qui ne désire plus affronter les obstacles. Les discussions entre les deux adolescents sont violentes, poignantes. Chacun défend son point de vue avec hargne. Ils sont plongés dans une incompréhension totale d'un univers qui leur échappe. Ils doivent trouver leur place mais comment se situer dans un monde dont les règles sont inexistantes.

 Mathieu est un personnage volontaire; il s'oppose aux personnages rencontrés durant ce parcours initiatique.

 La mort devient poétique. Les champs lexicaux de la douceur et de la lumière englobe tout le roman. Le lecteur adhère au héros car il se trouve plonger dans une sphère de la "vie" qu'il redoute car personne ne connaît de réponse à sa propre fin.

Le lecteur ignore comme le héros s'il est mort ou s'il est dans un coma. L'enfermement de l'âme dans un corps paralysé accentue cette sensation de malaise.

 Ce roman peut être lu par des adolescents à partir de 16 ans car la mort reste un sujet tabou qui peut heurter la sensibilité d'un public trop jeune. Certes, le texte est très beau mais laisse planer une part de doute sur cet au-delà invisible.


Rendez-vous sur Hellocoton !