Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dickens, barbe à papa : Philippe Delerm

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

 Dickens, barbe à papa de Philippe Delerm

 

 livre août 029Quand la lecture devient frugale et nourrit le corps et l'esprit.

 Philippe Delerm nous cuisine un ouvrage aux délectations sublimes. Il parfume ses lectures de parfum d'enfant, de goût de menthe à l'eau et de barbe à papa. Il nous glisse sous le nez les odeurs de la madeleine de Proust.

 Cet auteur nous concocte les mets les plus savoureux piochés au fil des lectures qui ont ponctué sa vie littéraire.

 Chaque lecteur ajoutera à son menu ces propres envies culinaires et donc littéraires.

 

 Voici quelques citations tirées de l'ouvrage :

 

 " Il ne lit pas : il dévore."

 " Lecteur, c'est beaucoup mieux qu'héritier locataire. On invente les meubles ; on les habite pour l'éternité."

 " Savourer encore quarante pages de Mustang, c'est un meilleur rapport qualités-prix que pour tant d'oeuvres littéraires qu'on se doit de lire sous peine de délabrement intellectuel."

 " Car rien ne rend plus digne des livres aimés qu'une longue tristesse au fond de soi, un grand désir d'oubli que les mots font semblant d'entraîner sur d'autres pistes."

 " On dévore les livres, ou bien les livres vous dévorent. C'est une drogue effrayante et douce, un séduisant voyage."

 " La phrase qui suit :"Fainéanter dans un monde neuf est la plus absorbante des occupations." C'est une assez bonne définition de la lecture, et la définition la plus subtile de l'appétit."


Rendez-vous sur Hellocoton !