Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dis raconte moi une histoire (suite)

Après cette vision d'horreur, je me retrouvais, assise dans un superbe fauteuil en cuir marron, plus confortable pour déguster les plus grands mets, seule tenant dans ma main tremblante la photographie de Stella. L'homme avait pris ses jambes à son cou et je n'avais rien fait pour le retenir. Sombre sotte.

 Je pris mon courage à deux mains pour à la fois contrôler les soubresauts de mes nerfs qui venaient d'être mis à rudes épreuves mais aussi pour éviter de me mettre à hurler comme une hystérique. Je me concentrais et descendis mon regard hagard sur le visage de Stella. L'image avait été agrandie avec soin pour que je ne puisse pas confondre la personne qui était désignée. Ce jour-là, elle portait une robe en soie noire, dont les reflets jouaient avec la lumière. Elle me rappelait sans cesse que cela la rendait plus aérienne. Cette magnifique tenue était rehaussée par une parure, composée d'un collier papillon et de sa bague, en diamant et rubis de Van Cleef & Arpels. Stella aimait les belles choses mais restait toujours discrète quant au montant de ses achats ou sur l'identité du charmant donateur. Elle côtoyait la jet-set mais ne possédait pas encore l'immense compte en banque qui correspondait à ces exigences.

 Revenons à cette photographie. Je venais te distinguer tous les protagonistes figurant dessus, rien d'anormal. Je décidais donc de retourner la feuille en quête d'un indice. Celui-ci était placardé en énorme, en lettres capitales: HELP ME!

J'étais de nouveau anéantie, tétanisée voire paniquée.

Concentre-toi, ne panique pas. Tu dois te ressaisir ma grande. Bois une grande gorgée de ce délicieux breuvage, cela te permettra de te remettre les idées en place. Je bus d'un trait la coupe, je n'eus même pas le temps de l'apprécier. Ce verre ne fut pas assez fort pour me remettre sur les rails. Inutile d'ailler la serveuse, celle-ci était déjà à mes côtés. Dans ce genre de lieu, le client n'attend pas et le service doit être impeccable. La sécurité, quant à elle, manquait totalement d'organisation. Je commandais avec empressement un double whisky sec. Je lui demandais de m'épargner la liste des illustres whisky en leur possession. Je le voulais toute suite. Elle me l'apporta avec une rapidité dissimulée. Elle s'enquit de ma santé car elle constatait que j'étais devenue livide. Elle s'inquiéta, me demanda si le champagne était en cause ou si ma visite impromptue m'avais causé un quelconque désagrément. J'avais envie de lui hurler à la figure le message délivré par un tueur à gage (non je voulais sûrement dire la photographie dédicacée par un charmant ami débarqué du dernier avion avec un revolver ou un bazooka), mais je restais sans voix. Je lui demandais simplement de me rapporter la note, je ne dînerai pas là ce soir.

 Après avoir réglé mes consommations, je m'emmitouflais dans mon imperméable. Persuadée que celui-ci allait me protéger du monde extérieur. J'avais besoin de marcher pour construire un scénario plausible à cette histoire....

JPE 14/09/2011 14:11


Un style maladroit, des fautes... il y a encore beaucoup de travail à faire.


latata 22/07/2010 17:35


Ouhouhouh... un imperméable... le suspens est là ;) A suivre...