Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal d'un mythomane : Nicolas Bedos

Y a quelqu'un qui m'a dit de lire:

 

"Journal d'un mythomane" de Nicolas Bedos

 

 les-livres-0080.jpgNicolas Bedos, illustre fils de son père, regroupe dans ce livre ses délires les plus farfelus dont il a abreuvé le téléspectateur ou l'auditeur.

 Cet humoriste, qui refuse ce terme réducteur, disloque la réalité, se l'approprie et la teinte de toutes ses névroses. Il s'invite aux opérations de Johnny Hallyday. Il s'accouple avec la gent masculine politicienne ou artistique afin d'en tirer un profit quelconque. Il saccage les idéaux des invités de toutes les émissions. Il prend le contre-pied des idées reçues et acceptées par la population.

 Il fustige les politiques de tous les partis. Il blasphème pour le plus grand plaisir de ses détracteurs. Il dérange par son air hautain qui le rend encore plus tyrannique et volubile.

 Son phrasé ostentatoire rejoint les plus grands humoristes. Le dialogue avec son père, retranscrit, assassine les rumeurs médisantes sur cette complicité filiale.

 Dans ses chroniques, il dévoile aussi un pan de sa personnalité. Certes, la vie de bobos bohème transpire dans ses écrits mais sa sensibilité apparaît dans des extraits que le lecteur découvrira avec drôlerie ou empathie.

 Nicolas Bedos flagelle avec des mots la société du XIXème siècle dans un désir de l'extirper de sa somnolence. Sa volonté de choquer est aussi une volonté de faire réagir ses contemporains sur la bêtise humaine dont il est aussi un acteur.

 Ce livre peut se lire de manière chronologique ou pour les plus indisciplinés (dont je fais partie) en piochant des chroniques au gré de ses envies. Cependant, dans les deux cas, vous dévorerez ce livre.

 Désolée de vous annoncer cette sentence, pour moi, le fiston a dépassé le père.


 

 Bref, le verbe est haut et la tirade agréable à l'oreille.


Voici quelques citations tirées de ce livre:

 

 "Tout ça pour vous dire, mon cher Jean, que votre ravissement me ravit. Vous êtes passé de la Pléiade au livre numérique, de l'Iliade à l'iPad, de la guerre à l'ennui, d'une génération perdue à une génération vendue, et vos sourires paraissent si frais que je suis presque sûr que c'est vous qui allez m'enterrer. D'ailleurs, ne loupez pas cette putain de cérémonie, car tout autour de mon cercueil, comme disent les jeunes : y aura d'la meuf ! Des grappes de blondes, des essaims de rousses, de la cynique, de la sensible, de l'arabe et de la jaune, avec ou sans papiers : après ma mort, promis, je ne vous décevrai pas !"


 "Alexandre Jardin fut le François Mitterrand de nos attentes sentimentales : alors qu'il cultivait en douce les amours tarifées, il nous promettait la passion à durée indéterminée - la fameuse PDI - et nous voilà pointant aujourd'hui à l'ANPE du coeur, amers et méfiants, préférant encore les chroniques vomitives de Michel Houellebecq au lyrisme sucré d'un dealer de "Je t'aime". Non, l'amour ne dure pas TOUJOURS ! Et contrairement à ce qu'affirme Frédéric Beigbeder, il ne dure même pas trois ans !

 Sinon, pourquoi m'a-t-elle quitté au bout d'un mois, cette pute?"


 "Voilà, pour moi ce fut une semaine de merde, alors imaginez ce que je pense...de la vôtre."


Rendez-vous sur Hellocoton !

Top Produits Bébé 04/01/2013 13:22

J'avoue que je n'aime pas le personnage (comme tu le dis, il paraît hautain, au-dessus de tout, il adore choquer pour se faire remarquer, bref, il a le melon quoi).
Mais on ne peut pas nier qu'il a un talent littéraire indéniable, un style concis, qui va droit au but, il jette un regard froid sur la société, et parfois il peut se montrer sensible et
attendrissant. Bref, je préfère de loin l'auteur à l'homme !