Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'extraordinaire histoire de Fatima Monsour : Joanne et Gerry Dryansky

Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

L"extraordinaire histoire de Fatima Monsour de Joanne et Gerry Dryansky

 

 067A Paris ou dans d'autres villes, vous avez croisé des gens atypiques. Vous les avez regardé avec un petit sourire en coin. Fatima Monsour est une anti-héroïne. Elle est petite, pas très jolie et la vie ne l'a pas franchement gâtée. Ses yeux sont de deux couleurs un marron et un vert. Elle a été mariée avec un de ses cousins qui était veuf et qui divorce pour vivre avec une américaine rencontrée, à Paris, lors de ses nombreux déplacements. Fatima est une femme outragée qui veut obtenir une confrontation avec son ex-mari afin d'avancer dans sa vie. Elle se met en quête de gagner suffisamment d'argent pour partir au Wisconsin.

 Mais la vie va lui jouer encore un tour. Elle débarquera à Paris suite à la mort accidentelle de sa soeur. Rachida avait été embauchée par une vieille comtesse qui n'avait jamais régularisé ses papiers. La vieille femme, se sentant coupable de cette injustice et connaissant les problèmes rencontrés par Fatima, décide de l'embaucher pour s'occuper de sa chienne Emma. Fatima découvre un nouveau monde et un microcosme vivant autour du café Jean Valjean. Elle rencontre des gens hétéroclites comme Victoria, une femme noire au rire imposant et des gens de la haute vivant avenue Victor-Hugo. 

 Fatima attire la sympathie. Durant tout le roman, son mauvais oeil se transforme en bon karma.

 Les auteurs décrivent les moeurs du peuple de Paris. Ils lient entre eux des personnages qui ne se seraient jamais croisés sans leur rencontre avec Fatima. Ils décrivent avec justesse les habitudes de chaque client du café. Ce lieu est un havre de paix, un point d'ancrage dans une société anonyme. Ce café a une âme et devient un des personnages central du roman. Ce ne sont pas simplement des gens aseptisés qui prennent un café dans un lieu insipide. La patronne connaît chacun de ses clients, ses habitudes, leur commande. Le lecteur est invité à prendre une chaise et à observer : le charmant couple de personnes âgées, le chômeur au flipper... On entre dans un tableau, dans une scène de vie.

 Les auteurs jouent avec les stéréotypes : la jeune femme maghrébine portera la djellaba, l'africaine un habit très colorée et les hommes travaillant dans l'immobilier portent un costume tiré à quatre épingles. Joanne et Gerry Dryansky jouent avec les codes, les interprêtent et les tournent en dérision. C'est une belle leçon de vie sur la disposition de l'homme à pouvoir accepter la différence de l'autre sur un plan racial, hiérarchique et de niveau social différent...

C'est un roman facile à lire qui traite de la vie douce et parfois chaotique.

 

Voici quelques citations tirées du roman:

" Fatima n' avait pas de chance, mais elle portait son malheur exceptionnel avec tant de sérénité que les gens finissaient par croire qu'elle devait être bénie."

" Et c'est ainsi que les deux femmes, l'éloquente Africaine en boubou et la timide Arabe en djellaba orange, traversèrent les entrailles grises de Paris."

" Mais être simplement là, au Jean Valjean, c'était bien plus qu'une présence physique personnelle. C'était appartenir à un ensemble composé d'éléments vivants. Une pièce manquante changeait tout, un peu comme un aquarium équilibré."

" La pensée effleura Fatima que manger de cette façon entièrement compartimentée, depuis le plateau jusqu'au beurre dans son étui métallisé, était une manière de compartimenter la séparation entre les gens."

" Quant à sa femme, en dépit de tous les critères exigeants, voire cruels qu'elle pouvait avoir pour jauger les gens individuellement, et bien qu'elle fût par nature autoritaire et inclinât volontiers à se faire servir, jamais elle n'avait démenti l'aversion de son mari pour le snobisme fondé sur des a priori comme la situation sociale des gens."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Anne 17/03/2011 11:57


Je ne connaissais pas du tout ce livre et je pense que sans ton article, je n'aurai pas été particulièrement attirée. Mais du coup, je le note.


valou 16/03/2011 23:00


j'ai aimé la lecture de ce roman...la suite me fait hésiter par contre, je ne cours pas après...ça me lasse un peu de voir tous ces romans à succès qui finissent par être suivi, sous principe de
travailler sur un sujet qui marche. Je crains que ça devienne du réchauffé...


Choupette 16/03/2011 22:04


Une vraie douceur de patisserie orientale ce roman! ....et il y a une suite....à suivre!!!