Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La carte et le territoire:Michel Houellebecq

Y a quelqu'un qui m'a dit de lire (la rentrée littéraire)

 

"La carte et le territoire" de Michel Houellebecq

 

 michel Houellebecq 002Je consens qu'il m'a été très difficile d'entrer dans le roman. La première partie était, pour moi, fade , à la limite soporifique. J'avoue que j'ai été tentée de délaisser le roman pour en lire un autre, juste le temps de me changer les idées. N'ayant pas atteint le niveau de son art et respectant toujours l'écrivain, je me suis raisonnée et cela a été payant. Il est évident que les lecteurs habitués aux frasques de l'auteur en ont pour leur frais, aucun parfum de scandale, pas d'apologie du tourisme sexuel, certes une scènette avec une belle russe mais rien d'Houellebecq.

 La deuxième partie est plus vivante, les descriptions de lieu et de situations sont énormément détaillées. Dans cette évolution, on reconnaît les détails non exhaustifs d'un Prix Goncourt. Michel Houellebecq décrit avec aisance et satire le monde de l'art. L'art pictural de Jed Martin se développe en parallèle à l'art romanesque de Michel Houellebecq. Ces deux techniques artistiques d'approche de la compréhension du monde se juxtaposent délicatement et parfois s'entrechoquent avec discernement.

 La troisième partie nous annonce l'assassinat de l'auteur de roman à succès. Serait-ce une volonté délibérée de l'auteur de se donner la mort devant son lecteur? Je m'entends une mort médiatique. Se joue-t-il encore de nous, sa mort dramatique sonnerait-elle le glas d'un Houellebecq rentrant dans les rangs d'une littérature plus conventionnelle?

 je vous laisse le soin de vous faire une opinion d'une nouvelle manière, plus subtile, de décrier notre société. Ce roman mérite-t-il le Prix Goncourt?

 

 Voici quelques citations tirées du roman:

 

"Au-dessus des deux agrandissements, en capitales noires, figurait le titre de l'exposition:"LA CARTE EST PLUS INTERESSANTE QUE LE TERRITOIRE""

 "...être artiste, à ses yeux, c'était avant tout être quelqu'un de soumis.Soumis à des messages mystérieux, imprévisibles, qu'on devait donc faute de mieux et en l'absence de toute croyance religieuse qualifier d'intuitions; messages qui n'en commandaient pas moins de manière impérieuse, catégorique, sans laisser la moindre possibilité de s'y soustraire - sauf à perdre toute notion d'intégrité et tout respect de soi-même."

 "Quelle est la question que l'on pose en premier à un homme, lorsqu'on souhaite s'informer de son état?Dans certaines sociétés, on lui demande d'abord s'il est marié, s'il a des enfants; dans nos sociétés, on s'interroge en premier lieu sur sa profession."

 "Et toutes les théories de la liberté, de Gide à Sartre, ne sont que des immoralismes conçus par des célibataires irresponsables"

 " Au milieu de l'effondrement physique généralisé à quoi se résume la vieillesse, la voix et le regard apportent le témoignage douloureusement irrécusable de la persistance du caractère, des aspirations, des désirs, de tout ce qui constitue une personnalité humaine."