Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le chien de Don Quichotte : Pia Petersen

 les-livres-0026.jpgÊtre un tueur à gages ne signifie pas que l'on ne peut pas changer. Hugo est un homme de mains qui ne rate jamais sa cible. Son palmarès est élogieux. Son patron, un mania des affaires louches, est un homme qui ne supporte pas que l'on défie son autorité.

 Quand des hackers piratent des informations compromettantes dans son logiciel informatique, volent son argent pour le redistribuer à des ONG, Esteban déploie toute son armée pour retrouver et punir ces cybervoleurs. Il fait aussi appel à Hugo pour régler de manière définitive le problème.

 Hugo rencontre, dans un bar, un prêtre qui lui offre un livre qui va perturber tout le reste de son existence. Une amitié entre Hugo et un chiot transforme ce tueur. Un homme armé devient souvent incontrôlable quand sa conscience le rattrape. Le bien et le mal sont des notions bien similaires et la limite qui les sépare semble infime quand un tueur décide de se repentir.

 

 Ce polar contient une foule de personnages en rupture avec leur société. Chaque protagoniste symbolise un malaise. Ils vivent en opposition avec le monde. Les hackers vivent reclus dans un monde superficiel qui les sécurise. Ils sont persuadés de pouvoir changer l'univers austère qui les oppresse. Ils communiquent entre eux par des écrans interposés. Ces amitiés virtuelles se concrétisent par la création du groupe V13. Ils recréent une famille comme Hugo veut se créer une famille avec son petit chien.

 Hugo est un homme d'honneur, avec une existence droite, avec ses propres valeurs. Il se noie dans son quotidien. Il s'oublie dans son travail. Il ne pense pas aux conséquences de ses actes. Mais s'inventer une vie, n'est pas vivre.

 Le prêtre a aussi une personnalité atypique qui remet en cause les lois fondamentales de la religion.

Chacun porte en lui une blessure et tente de donner un sens à son existence. Il mène leur propre guerre, chacun à sa manière.

 

 Voici quelques citations tirées du roman:

 

 " Il avait encore rêvé du Liban et du Tchad et tous ces morts qui continuaient à le hanter, tous ceux qu'il n'avait pas pu sauver. Il avait été un bon infirmier mais qu'est-ce qu'il avait détesté ce boulot. La guerre était violente, sale, il avait vécu dans l'enfer et il avait vu jusqu'où les hommes étaient prêts à aller pour se sauver, peu importe les autres. La monstruosité n'avait pas de limite. À son retour du front, il s'était inscrit au séminaire et au bout de quelques années, il en était sorti prêtre."

 " La cyberguerre nécessitait des compétences sans cesse développées et les réseaux de télécommunications étaient analysés, épluchés, examinés. La guerre de l'information pour l'information était déclenchée et celui qui détenait le savoir détenait le pouvoir et c'était avec le savoir qu'ils entraient dans les systèmes et influençaient le cours des choses. Les documents d'Athenar représentaient une vraie bombe et il cherchait à en savoir davantage."

 " Il regretta de ne pas avoir une arme, il aurait tiré sans hésiter. Il se dit qu'il ne s'était pas trompé, un philosophe n'était jamais un pacifiste, il avait toujours une guerre à mener parce que chercher le vrai était forcément violent, surtout que les hommes semblaient de plus en plus bêtes."