Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les oubliés : Christian Gailly

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

 Les oubliés de Christian Gailly

 

 les-livres-0070.jpgDeux amis journalistes mènent des enquêtes sur des personnalités qui ont disparu des médias. Lors de leur dernière mission, un accident de voiture va bouleverser ce duo si bien rodé. Le hasard ôtera la vie à l'un des deux compagnons tandis que l'autre devra se reconstruire dans l'amour.

 

 Le roman débute par la description d'un accident de voiture violent. Les deux accidentés partaient pour effectuer un reportage sur une violoncelliste qui avait quitté la lumière précipitamment.

 Brighton souffre de la mort de son ami. Il n'admet pas de vivre encore. De survivre à cette absence le condamne à l'errance. Il écoute constamment les suites de Bach interprétées par Suzanne Moss. Il se noie dans ses souvenirs, périodes heureuses de son existence où la mort ne le submergeait pas.

 Seul le fait de terminer cette interview pourra lui rendre une once de bonheur.

 Le roman alterne le point de vue de Brighton relatant ses émotions et le point de vue omniscient du narrateur. Les émotions suivent une musicalité. Le lecteur pénètre dans l'émotivité de Brighton au rythme d'un violoncelle. Les mots forment une partition, laissent échapper des silences qui donnent corps à la gravité des oubliés. La structure des phrases est parfois modifiée pour rendre encore plus troublante cette conception de la mort.

 Brighton est un personnage qui se décrit sur deux tons : il veut mourir et vivre, comprendre et rester dans l'ignorance cependant le pouvoir de la vie domine sa raison. Sa seule échappatoire est d'aimer.

 Les oubliés sont à la fois des personnages connus délaissés par le public et à la fois des personnes de l'entourage du héros qu'il doit oublier pour pouvoir se construire et continuer à exister. Il abandonne à la crémation, son ami mais fuit aussi sa femme et l'amant de celle-ci. Il devient lui-même "un oublié".

 

 Voici quelques citations tirées du roman :

"Il était six heures du soir. Son heure noire. Chacun la sienne. Brighton c'était six heures du soir. Une heure entre deux autres. Indéfinie entre jour et nuit."

"Et vous? dit Brighton. Qu'est-ce qui s'est passé? Il est bien tard. J'étais inquiet. Elle : Je me suis évanouie dans la morgue. J'ai voulu l'embrasser. Il était glacé. Ça m'a tuée."

" Au format humain, rien. Il n'en restait rien. Un peu de cendre. Quelques débris d'os. Le tout dans un pot. C'est insupportable. La crémation est une pratique barbare. Une volonté d'anéantissement. La destruction totale de l'être. Comment peut-on supporter ça? Moi pas."

"Pleurait doucement. Il demanda pourquoi. C'est très simple. Depuis la mort d'Oskar. Ça faisait dix ans. On ne l'avait pas touchée. Pas une main ne s'était posée sur elle : On croit pouvoir s'en passer, dit Moss. Et en effet, on le peut. On y arrive, on s'en passe. On résiste, on est fidèle et le temps passe."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :