Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettres de Bagdad : Lucas Menget

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire:

 

 "Lettres de Bagdad" de Lucas Menget

 

 lettres-de-bagdad.jpgComprendre la guerre de l'intérieur. Lucas Menget, reporter de guerre, livre à ses lecteurs sa vision des atrocités perpétrées à quelques kilomètres de nos frontières. Il dépeint un combat entre les chiites et les sunnites. Il décrit les oppositions, la complexité des groupes d'insurgés. Il essaie de comprendre les enjeux politiques et de définir la difficulté d'expliquer aux Occidentaux les stratégies politiques.

 Ses lettres, jamais postées, dégagent des relents d'humanité. Le lecteur découvre les sensibilités des hommes confrontés à la violence, aux bruits assourdissant des sirènes.

 Ce journaliste alimente ses missiles de descriptions qui donnent une couleur à l'atmosphère ambiante. Le lecteur saisit les tensions existantes dans chaque déplacement.

 Lucas Menget ne commente pas les faits historiques de la guerre en Irak, il humanise ses hommes et ses femmes qui souffrent dans les bombardements et les attentats.

 Bel hommage à un pays dévasté.

 

Voici quelques citations tirées de ce carnet de route:


"Après la bombe, le massacre continue. C'est la nouvelle technique des terroristes en Irak.

Ce matin, à Mansour, l'un des quartiers centraux de Bagdad, sur l'une des rares places où les magasins sont ouverts, une voiture piégée explose. Déflagration, sirène, arrivée des forces irakiennes, survol par un hélicoptère américain : les Irakiens connaissent le scénario par coeur. Mais pendant que les blessés et les morts sont évacués, une fusillade éclate. Les auteurs de l'attentat se sont instalés sur place pour contempler leur bilan, et en profitent pour l'alourdir à la mitraillete. Le combat avec les soldats dure près d'une heure."


"Dans le centre-ville, les vitres de la Caprice tremblent. Une explosion. Les voitures s'arrêtent. Embouteillage. Interdiction de bouger. Deuxième explosion : double attentat piégé rue Saadoun, la rue la plus commerçante de Bagdad."


"Des murs gris et tristes qui encadrent des ruines. Et des ruines qui abritent les fantômes de la guerre civile à Bagdad."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !