Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marie chez les nudistes #19

 La nuit doit porter conseil et m'aider à prendre une décision. Cette nuit fut courte et prolifique. Ma décision est prise, je participerai à cette élection. Je reconnais que si je n'y vais pas, je le regretterai. Le but de ma mission est de vaincre tous mes tabous et d'avancer dans ma vie. Si je fuis à la moindre mésaventure, je ne vois franchement pas l'intérêt de mon voyage.

 Bon, une élection ne se gagne pas en restant sur ses acquis physiques. Il faut embellir le modèle. Et là, attention les yeux, il y a du boulot ! Primo, respirer un bon coup. Un air pur revivifie le corps. Je me concocte un planning digne d'une reine du mannequinât. Bon, les mannequins ont des habitudes que je n'ai pas. Déjà au niveau de la quantité de nourriture ingurgitée, on ne mange pas dans la même cantine. Il faudrait trouver un juste milieu mais hélas je ne le trouverai pas aujourd'hui. Ce sera peut-être ma prochaine mission. Bon, je vais passer à un domaine qui me plaît et à elles aussi : les soins du corps.

 Une bonne douche fraîche pour raffermir mes chairs et je file, mes baskets aux pieds, faire le tour du camping en petites foulées. Durant mon  footing, je rencontre des amis qui sirotent un café. D'autres me rejoignent et me remercient de cette initiative. Après une heure de course, chacun rentre chez soi pour se désaltérer.

 Je m'affale sur le transat extérieur, munie d'un grand verre d'eau. J'essaie de retrouver mon souffle. Je sens qu'à chacune de mes bouffées mes poumons s'échappent de mon corps. Je félicite les sportifs qui maîtrisent leurs corps. J'ai encore du boulot car mes pratiques sportives remontent aux calandres grecques. N'est pas Marie-José Pérec qui veut.! D'accord on a le même prénom mais pas le même corps d'athlète. Je joue dans les poids lourds, elle est dans la catégorie poids léger.

 Le temps de reprendre mon souffle et Séverine passe devant mon transat. Elle m'invite à déjeuner avec sa famille. J'accepte car je n'avais franchement pas la volonté de me préparer un repas. Les joies des vacances ne pas faire de repas. Séverine régale ses invités, elle aime profiter de ses vacances pour préparer de bons petits plats à sa famille. Durant le reste de l'année, elle travaille tout le temps et sort des plats préparés du congélateur qu'elle jette dans le micro-ondes. Les enfants apprécient réellement de manger sainement durant les vacances. Je la rassure, je vis seule; j'ai du temps mais je déteste faire un repas pour une seule personne. Donc je fais souvent appel à Marie. Un homonyme qui m'apporte mon repas quotidien.

 Le déjeuner se prolonge dans l'après-midi. On se repose à l'ombre d'un cyprès. On sirote du thé glacé, on se raconte nos vies. Elle a beaucoup plus de chose à raconter que moi. Séverine me demande enfin si je ne suis pas angoissée à l'idée de participer au concours. J'avoue avoir enfuie au fond de ma mémoire ce détail. Mais l'idée me plonge dans un stress que j'ai du mal à cacher. Elle me propose de m'aider pour mes préparatifs.

 Je choisis une paire de chaussures plates, j'ai trop peur de m'allonger sur la scène ou pire tomber sur le public tranquillement attablé. Séverine me tend une autre paire qui a des talons plus hauts et compensés. Mes yeux s'écarquillent. Elle insiste. Je tente l'impossible. Je sangle mes chaussures, me lève, tangue un peu mais résiste. Je fais quelques pas, puis m'assois. Je dois m'entraîner. Séverine me confirme que c'est mon seul atout séduction. Il faut savoir marcher avec des talons et tourner du popotin. Je recommence ma démarche, et recommence encore et encore. Je veux être éblouissante ce soir. Vu ma technique de marche, il faut que je m'entraîne. Imaginez une otarie (celle du dessin animé : Madagascar, pour vous aider à visualiser) qui se déambule avec des échasses. C'est moi ! Bon, j'ai encore deux heures pour ressembler à une icône. Le maquillage est sophistiqué car Séverine a de nombreux talents dont celui d'avoir travaillé dans un salon d'esthétique. Mon visage est lumineux, mes années s'envolent. J'ai vingt ans. Un pur bonheur ! 

Allez, il faut se remettre à marcher. La fille de Séverine nous prête son Mp3, qu'elle relie à des enceintes et en avant la musique. Je frôle la foulure plusieurs fois mais je dois lutter et vaincre le ridicule....

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :