Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelles contemporaines, regards sur le monde : Delphine de Vigan, Timothée De Fombelle, Caroline Vermalle

 nouvelles-contemporaines.jpgLes nouvelles sont un moyen efficace de donner le goût de la lecture à nos adolescents. Delphine de Vigan, Timothée de Fombelle et Caroline Vermalle s'associent dans cette entreprise. Ils prennent pour héros des adolescents en mal de vivre ou des écorchés de la vie qui désirent retrouver une place dans la société.

 Chaque personnage aspire à modifier sa vie. May se transforme en architecte pour offrir un toit décent à sa famille. Un déménageur souhaite sauver sa fille de la dépression en lui offrant le plus des rêves. Gaston, un vieux forain, continue à dialoguer, les jours de pluie avec son père.

 Ces morceaux de vie donnent une leçon sur l'importance des choix des hommes et sur leur regard posé sur l'étranger (celui qui ne lui ressemble pas). Les attentions anodines peuvent redonner espoir à des personnes en quête d'avenir.

 L'humanité transpire de ces pages. Les leçons sont bouleversantes.

 Le fait d'unir trois auteurs d'univers différents accentue l'idée que les bienfaits sont pluriels et parfois insoupçonnés. Le fait d'accepter qu'un SDF vous offre un café lui permet de retrouver sa dignité.

 Dans chaque histoire, le lecteur découvre un univers semblable au sien et s'identifie rapidement à ces hommes qui se cherchent. L'infortune peut toucher chaque lecteur mais dans des mésaventures, une part de bonheur peut surgir.

 L'homme existe dans le regard de l'autre.

 

 voici quelques bribes de nouvelles :

" Et mon cœur parfois je me demande si je ne l'ai pas perdu, s'il reste une petite place, à l'intérieur de moi, avec tous ces chiffres, exponentiels. Parfois mon cœur j'ai peur qu'il n'en reste plus, ou alors un tout petit, rabougri, sec."

"Le matin, May s'éveilla avant tout le monde. Il faisait froid. Elle n'osait pas ouvrir les yeux. Elle cherchait à reconnaître les bruits extérieurs. Elle respirait à peine.

 Alors, des larmes surgirent de ses yeux fermés. May venait de sentir une odeur extraordinaire, un parfum de rose et de sapin sec."

"Au début, je demandais aux élèves de raconter leurs vacances. Je me souviens d'une réponse qui m'a fait regretter cette habitude. J'interroge une fille de cinquième, arrivée depuis deux ans en France. Elle répond : "En juillet, j'ai préparé mon cartable..." "Et après?" Elle baisse les yeux et murmure : "Après, j'ai attendu."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :