Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un oncle nommé Hergé : Georges Remi Jr

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire:

 

 "Un oncle nommé Hergé" de Georges Remi Jr

 

 herge.jpgNe vous inquiétez pas ceci n'est pas une énième biographie d'Hergé, mais bien le ressenti de son unique neveu face à cette figure emblématique.

 Georges Remi Jr, homonyme du créateur de Tintin, vit dans l'ombre parfois encombrante de ce super détective. Les albums de Tintin sont traduits dans toutes les langues, mais que connaît-on réellement de son créateur. Son neveu propose aux lecteurs sa vision du héros. Le neveu et l'oncle se côtoient peu et durant les discussions passionnées qui s'égrènent durant le roman, l'atmosphère est pesant. Le lecteur remarque le dominant et le dominé.

 Georges Remi Jr., envoyé en pension chez les catholiques, fait preuve d'imagination pour se faire renvoyer. Cette rébellion n'est pas au goût de son père et de son oncle qui fondaient un espoir de réussite pour ce garçon. L'auteur sera constamment en désaccord avec sa famille et le seul moment où il rejoint la lignée familiale, il est renvoyé comme un simple commis. La douche est glacée.

 Georges Remi Jr aborde un côté du personnage inconnu des lecteurs. Il revient sur l'absence de cette figure "paternelle" qui symbolise pour le monde entier un créateur génial. L'auteur se compare constamment à un héros de papier qu'il aurait tellement voulu être. Vivre dans l'ombre d'un détective à qui tout réussit marque invariablement la destinée d'un enfant en construction.

 Jusqu'à sa mort Hergé reste campé sur ses positions et n'accorde aucun crédit aux travaux picturaux de son neveu. Son rejet de la famille, poussé à son paroxysme, entraîne la faillite de l'entreprise Hergé. Celui-ci a rayé de son testament tous les membres de sa famille, même son ex-femme. Il lègue sa vie, sa société à sa seconde épouse qui laisse les commandes à un homme, détesté par Georges Remi Jr.

 Ce roman relate des faits authentiques et romancés sur la vie étrange que menait Hergé. Il ne pouvait tolérer qu'un membre de sa famille est du talent. Il castrera son frère et son neveu dans leur création. Seul Georges Remi Jr. atteindra ses objectifs et se réalisera entant que peintre.

 Ce livre souffre de quelques longueurs mais l'idée d'absence et de domination est bien ancrée. L'écriture est fluide comme une BD de Tintin. Ce roman aurait pu s'appeler "Tintin au pays d'Hergé".

 

 Voici quelques citations tirées du roman:

 

"Ainsi se dessinent les destinées de mes proches, bousculés par un douloureux cataclysme existentiel, entre vérités affirmées et rumeurs étranges. Pour ma part, je ne suis encore qu'un enfant. Je me fiche d'un scénario dans lequel je ne jouerai ma partition que plus tard. À ce stade du récit familial, je me contente d'un statut de figurant. Je suis d'ailleurs incapable d'éveiller la moindre fibre paternelle chez mon géniteur. Petit pâle et, à ce seul titre, objet de fierté, j'ai été tenu sur les fonts baptismaux - glaive et goupillon obligent - par un parrain homonyme pincé."

"Me trouver un mentor, une figure de référence à la fois sage et compréhensive, devient désormais un impératif pour éviter de me perdre."

"- Hergé était un homme compliqué. Un type bien mais imprévisible et sous influence. Ses instructions à propos de la poursuite de son œuvre n'ont jamais été claires. Parfois, j'avais l'impression qu'il s'en fichait éperdument...Cela faisait déjà un bout de temps qu'il n'avait plus de "jus". Baran a eu les coudées franches et les Studios sont partis dans tous les sens. Les rumeurs les plus folles ont circulé, notamment à propos de sa mère, Dominique de Wespin. On a dit qu'elle influençait toutes les décisions de son fils. Je te jure que j'ai fait ce que j'ai pu pour tenter de garder une cohérence dans ce bollenwinkel ["boutique à bonbons", en dialecte bruxellois], mais le ver était déjà dans le fruit."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !