Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La merveille imparfaite : Andrea De Carlo

La merveille imparfaite : Andrea De Carlo

    Par ces lourdes chaleurs, il faut s'accorder une petite glace pour le réconfort. Avouez qu'une glace avec du goût prévaut toujours sur une glace industrielle.

 

   Milena imagine, crée, arrange des goûts magiques (une sorte de madeleine de Proust). Elle exploite les produits locaux. Elle rivalise d'ingéniosité.

  Par une commande faramineuse et inespérée, Milena rencontre le chanteur du groupe mythique, Bebonkers. Nick, l'idole des rockeurs, organise un concert caritatif pour célébrer son troisième mariage.

 Ses deux personnages sont dans une certaine confusion. Milena débute un traitement hormonal pour enfanter, un désir dont elle doute. Cependant sa compagne la conforte dans cette idée de bonheur. Nick émet des hésitations sur son troisième mariage. Il ne se sent pas en phase avec cette nouvelle vie et son absence de renouveau artistique. 

 

  Andrea de Carlo surfe sur le rythme de la création à la fois gustative et musicale de manière rafraîchissement.

  Au-delà de cette rencontre impromptue, ce roman s'articule sur le phénomène de création artistique et la relation à l'autre. Cette histoire garde comme fond d'écran le monde moderne et ses débordements. L'incompréhension des évènements funestes qui scinde le monde sert aussi de point d'ancrage de ces deux créateurs dans cette génération en quête de poésie soit musicale soit gustative.

 

  J'ai apprécié ce roman non pour la rencontre des deux artistes mais pour leurs individualités qui se battent contre des stéréotypes, pour leurs arts et dans leurs vies personnelles. L'image et celle qu'elle véhicule constituent les fondements de la création.

 L'écriture fluide permet une évasion rapide dans le sud de la France, élabore une stratégie de compréhension de l'art (car au-delà des glaces et de la musique se trouve le concept de création) et une rencontre légère.

Il vide en une seule gorgée un troisième verre de jus de pomme et va le poser sur l'évier. Il a toujours aimé les verres épais; sans doute une autre chose qui vient de son enfance, du souvenir des bouteilles que le laitier déposait sur le paillasson, à Manchester. Est-il possible qu'il se soit mis régulièrement dans une situation d'échec sentimental par crainte que le bonheur et la stabilité ne tarissent son inspiration? Est-ce l'équivalent affectif du retour à son régime à base de galettes de riz et d'eau, pendant plusieurs jours de suite, dans l'espoir de revenir au désespoir créatif des débuts?

Le fait est qu'il est impossible de composer un chef-d'oeuvre de la chanson de la façon dont Aileen réalise ses créations en Anti-cuir, après avoir appris les techniques de coupe et de couture et étudié le travail des grands stylistes, analysé les coûts et fait des études de marché, réuni une équipe de personnes douées et compétentes. Si vous essayez de faire une chanson de cette manière, tout ce que vous obtiendrez sera un assemblage d'éléments sonores déjà entendus ; la radio et Internet en sont pleins, beaucoup se font un tas d'argent avec ça, bien sûr. Pourtant, même la plus bête des chansons pop, chantée par la plus vulgaire des exhibitionnistes, perchée sur des talons invraisemblables, doit contenir au moins un fragment inexplicable, pour faire vibrer les cordes sensibles de millions de personnes. Il faut au moins un élément d'origine mystérieuse, une brève séquence inexplicable.

- Prends une glace délicieuse.- Elle se rend compte qu'elle a le même regard que lui, que par une sorte de contagion étrange, elle parle sur un ton analogue au sien. - Pendant un moment, elle est délicieusement froide, avec un parfait équilibre entre moelleux et compact. Tu es si heureux de l'avoir entre les mains, de pouvoir la goûter. Et un moment plus tard, c'est fini, ça suffit. Tu ne peux même pas en prendre une deuxième, parce que tu sais très bien que ce ne serait plus la même chose.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :